Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Revue de Presse > Revue de presse n°7

Publié le 19 juillet 2012

Revue de presse n°7

Semaine du vendredi 13 au jeudi 19 juillet 2012

World Nuclear Status Report 2012 : le déclin du nucléaire

Nous commençons cette revue de presse en revenant sur une info que nous n’avons pu traiter la semaine dernière mais qui ne saurait être oubliée : il s’agit de la publication du World Nuclear Status Report 2012, un rapport annuel indépendant qui, depuis 20 ans, étudie l’état et les tendances de l’industrie nucléaire.

La lecture de ce document achèvera de vous convaincre de ce que la plupart des annonces sur la construction de nouveaux réacteurs relèvent de la méthode Coué. Avant même Fukushima (qui a néanmoins - et logiquement - accéléré le processus), l’industrie nucléaire était engagée dans un processus irréversible de déclin.

C’est non seulement le cas concernant la part du nucléaire dans l’électricité mondiale (part tombée de 17% à 11% en quelques années) mais aussi concernant la production nette d’électricité nucléaire. Le vieillissement des installations est la principale cause de ce phénomène et la prolongation de la durée de vie des réacteurs - outre son caractère irresponsable - ne fait que reporter légèrement l’inéluctable.
Enfin, les investissements dans les énergies renouvelables sont en augmentation exponentielle quand ceux dans le nucléaire décroissent...

Notre avis : l’industrie nucléaire est condamnée à terme, mais il s’agit d’un processus lent pendant lequel elle a la capacité de causer à nouveau des torts et des dommages irréversibles (catastrophes, enfouissement des déchets radioactifs, etc). Plus que jamais, il convient donc que les citoyens s’organisent face à cet entêtement insensé. Voir par exemple quelle peut être la mobilisation pour une manifestation antinucléaire en Inde, c’est tout à fait impressionnant.

Vendredi 13 juillet 2012

Egypte : projet nucléaire et gros mensonges

Dépêche Ecofin

Après avoir pris connaissance du World Nuclear Status Report 2012, nous attaquons immédiatement les travaux pratiques : une « merveilleuse » annonce de nouveaux réacteurs en Egypte. Notons que la même annonce était déjà de mise en 2006. Le présent effet d’annonce contient une véritable perle : « Il y a aussi le besoin d’une meilleure conscience environnementale ». Il faut croire que la nouvelle de la catastrophe de Fukushima n’est pas arrivée jusqu’aux nouvelles « élites » égyptiennes.

De plus, il est prétendu que pas moins de « 128 pays voudraient construire, à l’avenir, 157 nouveaux réacteurs ». 128 pays : incroyable, sachant qu’il n’y en a actuellement que 13 qui construisent des réacteurs (dont certains sont en chantier depuis dix, quinze ou vingt ans, et même 40 ans à Watts-Bar aux Etats-Unis !) et sachant que la plupart des autres candidats reculent devant l’explosion des coûts et le refus frontal des opinions publiques...

L’objectif de cet énorme mensonge est que l’opinion publique se dise « Si la plupart des pays font des réacteurs nucléaires, alors nous devons en faire aussi ». En réalité, il est assez probable que cette centrale égyptienne ne verra jamais le jour mais les études préliminaires, extrêmement onéreuses, devraient déjà donner lieu à de confortables commissions...

Quilès atomise la « dissuasion nucléaire »

Interview dans Libération

Un seul commentaire : dommage que certains hommes politiques attendent que leur carrière soit derrière eux pour dire quelques vérités.

USA : centrales nucléaires en piteux état...

Nombreux articles

Ces articles sont assez édifiants pour se passer de commentaires superflus, mais par contre il est légitime de se poser la question de l’état des tubes des générateurs de vapeur dans l’ensemble des centrales américaines, mais aussi ailleurs, à commencer par la France, où des problèmes proches ont déjà été détectés (rappel sur le site de l’ASN)

Samedi 14 juillet

La Russie investit massivement dans la guerre nucléaire

Article de Rue89

Article glaçant. Le titre de Rue89 parle de « dissuasion », il nous semble qu’il s’agit hélas de préparation de la guerre nucléaire. Par ailleurs, ces histoires de sous-marins nucléaires russes font immédiatement penser à l’aventure dramatique du Koursk (cf. la note Wikipedia) en 2000. Poutine était déjà aux affaires et avait préféré continuer son barbecue plutôt que de s’occuper de ce sous-marins nucléaire en perdition et de ses 118 hommes d’équipage.

Lundi 16 juillet

Que sont devenus les travailleurs du nucléaire contaminés ?

Article du blog pronucléaire de Libération

Inlassablement, sous la haute surveillance de la très radioactive Mme Lauvergeon, M. Sylvestre continue à tordre la réalité pour sauver la mise à l’industrie nucléaire. Aujourd’hui, il s’attaque à la "radioprotection" (un doux euphémisme pour ne pas dire des « gros mots » comme irradiation ou contamination).

Ainsi, il valorise les « progrès de la radioprotection » dans le parc nucléaire français, en particulier de la diminution entre 1996 et 2011 du nombre de travailleurs du nucléaire soumis à une « dose externe annuelle supérieure à 20 millisieverts » (cf. le blog de Libération)

Notons déjà qu’il n’a jamais été prouvé que le danger disparaissait en dessous de ce seuil (ou de n’importe quel autre seuil d’ailleurs) : cette limite a été choisie de façon arbitraire pour que l’industrie nucléaire puisse fonctionner (comprendre : puisse envoyer des salariés dans les zones contaminées) en prétendant ne mettre personne en danger.

Mais, au lieu de s’émerveiller de ce que ce nombre est « en dessous de 20 depuis 2008 », M, Sylvestre (qui, faut-il le rappeler, est journaliste) devrait immédiatement s’interroger sur le nombre de 905 en 1996, et sur ce qui s’est passé auparavant : combien étaient-ils en 1990 ? en 1985 ? en 1980 ? Quelles doses recevaient-ils ? Et surtout, que sont-ils devenus ? Combien de cancers, de leucémies ? Allons M Sylvestre, du courage : il paraît que Mme Lauvergeon ne s’occupe aucunement du contenu des articles...

Areva vend ses bijoux de famille...

Article de l’Usine nouvelle

Ca sent la panique chez Areva qui vend son or pour essayer de réduire ses pertes. Toujours optimiste dès qu’il s’agit d’atome, l’Usine nouvelle cite la propagande d’Areva qui prétend que cette vente va lui permettre « de financer en partie son programme d’investissements stratégiques et de sûreté ». Quand on connait le discernement de nos « élites » du nucléaire lorsqu’il s’agit d’ « investissement stratégiques », on peut déjà prévoir la vente d’autres bijoux de famille (s’il en reste). Quant à la « sûreté » nucléaire...

Stupéfiant : le dernier homme de Fukushima

Reportage photo sur Médiapart.fr

Incroyable reportage du photojournaliste Antonio Pagnotta sur Naoto Matsumura, 51 ans, le dernier habitant de Tomioka, une commune proche de Fukushima, qui comptait quelque 17 000 habitants avant la catastrophe. Cet agriculteur qui refuse d’être évacué malgré la radioactivité pour ne pas céder devant Tepco (l’EDF japonais, responsable et coupable de la catastrophe nucléaire et de ses conséquences).

Gigantesques manifestations antinucléaires au Japon

Article et vidéo sur RTS (Suisse)

Les « élites » japonaises ont déjà relancé un réacteur, s’apprêtent à en relancer un second, et voudraient bien continuer ainsi (rappel : les 54 réacteurs étaient arrêtés depuis le 6 mai). La population japonaise se mobilise de plus en plus fortement, à suivre...

La Russie soutient les manifestations antinucléaires... au Japon

Article de « La voix de le Russie »

La Russie de Poutine se fait un plaisir d’évoquer les gigantesques manifestations antinucléaires qui ont lieu au Japon. Il est probable que Moscou verrait d’un bon oeil le Japon tourner le dos à l’atome. En effet, cela ferait des concurrents en moins vu que les Russes espèrent encore vendre des réacteurs nucléaires (même si, pour cela, ils sont obligés d’avancer l’argent aux acheteurs : rappel voir la revue de presse n°1)

Lignes THT : ITER va pouvoir CONSOMMER beaucoup d’électricité...

Article de La Provence

Des lignes THT (très haute tension) relient désormais le réacteur ITER (fusion nucléaire) au réseau électrique. Tout acquis au projet ITER, le quotidien La Provence est tout de même bien obligé de concéder que ce réacteur ne produira jamais d’électricité, mais qu’il va par contre en consommer énormément.

Ces lignes THT ne sont donc là que pour amener de l’électricité à Iter. Pourtant, depuis plus de 10 ans, le Commissariat à l’énergie atomique diffuse des schémas mensongers qui laissent croire que ITER va produire de l’électricité (le document précise noir sur blanc « production d’électricité ») : cf. jpg/iter-produit.jpg

Dès 2004, nous interpellions l’AFP qui diffusait son propre document, lequel laissait lui aussi croire à la production d’électricité par Iter : cf. jpg/iter-produit-afp.jpg. Cette image arrêtée provient d’une animation où l’on voyait clairement l’électricité sortir d’ITER !

L’AFP nous avait répondu qu’il s’agissait juste « d’illustrer le principe » de la production d’électricité par la fusion nucléaire. Or, « le principe » d’Iter est de consommer de l’électricité, de désintégrer des dizaines de milliards, de détruire l’environnement en Provence, et de ne servir à rien finalement...

Areva : la mise en service de l’EPR finlandais encore repoussée

Article de LaTribune.fr

Un nouveau retard sur le chantier de l’EPR, c’est devenu tellement banal que c’est presque un non-évènement...

Mardi 17 juillet

Enfants de Fukushima : chacun sa vérité ?

Atlantico, site classé à droite, est le seul média français à noter cette info glaçante « 36% des enfants de Fukushima présentent des excroissances anormales » tout en renvoyant vers un article en anglais.

L’AFP préfère évoquer une étude plus rassurante (bien que ses résultats soient non-significatifs avec un panel très réduit) et effectuée par une structure qui a intégré le « réseau national de mesures » officiel dirigé par l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire), et qui n’hésite d’ailleurs pas à « féliciter l’ASN et l’IRSN »... A titre de comparaison, la CRIIRADa mené et gagné une courageuse bataille pour rester indépendante de ce « réseau » officiel tout en gardant ses agréments.

La dépêche AFP et le communiqué qu’elle évoque nous apprennent que « la persistance de cette contamination "montre aussi que la contamination des enfants vient de l’alimentation et non du panache" radioactif consécutif à la catastrophe », alors qu’il serait bien plus utile de faire savoir que la persistance de cette contamination dans l’organisme des enfants annonce malheureusement des conséquences dramatiques sur leur santé dans les années à venir.

Mercredi 18 juillet

Japon : enquêtes sur d’éventuelles failles actives sous des réacteurs

Dépêche AFP

Au risque de lasser, on redira que la réponse se trouve là (cf. Une vidéo édifiante : la catastrophe nucléaire au Japon annoncée à l’avance) depuis juillet 2007, c’est à dire 3 ans avant Fukushima : il était encore temps d’éviter le drame. Reste à savoir à quoi cette tardive enquête aboutira, sachant que... ce sont les compagnies nucléaires qui en sont chargées.

Un de leurs « responsables » explique d’ailleurs « Nous avons bien reçu l’ordre d’enquêter à nouveau et allons le faire juste au cas où ». Autant dire que ça ne servira à rien. Notons néanmoins que la centrale de Ohi (ou Oi), dont un réacteur a déjà été remis en service, est concernée par ce grave problème de failles sismiques actives...

Jeudi 19 juillet

Un second réacteur remis en service au Japon

Dépêche AFP

Malgré les manifestations antinucléaires massives, et bien que la centrale de Oi soit à proximité d’une faille sismique très certainement active, le second réacteur de cette centrale a été remis en service. A priori, aucun des 52 autres réacteurs arrêtés ne doit redémarrer pour le moment. Mais, en cas de séisme près de Oi, ces deux réacteurs « suffiraient » pour déclencher un second Fukushima...

THT : compte-rendu des exactions policières commises contre les manifestants

Article sur https://antitht.noblogs.org/320

Il y a sur cette Terre des pays où les citoyens qui s’opposent à la raison d’Etat sont délibérément réprimés, si violemment attaqués par les « forces de ordre » qu’ils sont grièvement blessés. Où les ambulances sont empêchées d’arriver jusqu’aux blessés. Où la police exige du corps médical les noms des blessés et leurs lieux d’hospitalisation. Un de ces pays s’appelle la France...
Voir aussi https://stop-tht.org

A la semaine prochaine...

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire