Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Communiqués > « 51 je t’aime » : le missile M51 tombe à l’eau, la France atomique dans le (...)

Publié le 5 mai 2013

« 51 je t’aime » : le missile M51 tombe à l’eau, la France atomique dans le pastis !

Depuis 60 ans, les "élites" françaises prétendent être à la pointe de la technologie nucléaire, mais les faits démontrent exactement l’inverse, tant sur le plan prétendument "civil" [1] que sur le plan militaire.

L’échec fracassant du missile nucléaire M51, qui a explosé en vol ce dimanche 5 mai vers 9h30 (sans charge nucléaire bien heureusement) avant de tomber à l’eau, est une nouvelle démonstration de ce que l’industrie militaire et nucléaire est principalement capable… de gaspiller de gigantesques sommes d’argent public.

Sans aller jusqu’à envisager une politique pacifiste (il ne faut pas trop leur en demander), les autorités françaises auraient pu se contenter du précédent missile, le M45, qui permettait déjà de vitrifier la plupart des objectifs stratégiques de la planète, et d’atomiser des millions de gens selon les besoins de la très pacifique politique de "dissuasion".

Mais non : après avoir probablement consommé trop de pastis, nos élites ont entonné le célèbre refrain "51 je t’aime " et lancé à grands frais le programme du M51. Aujourd’hui, les projets de la France belliciste sont tombés à l’eau avant même l’heure de l’apéro.

La réalité est implacable : des pays supposés n’avoir qu’une technologie archaïque, comme la Corée du Nord et l’Iran, font mieux que la France dans le domaine des missiles balistiques.

Il est urgent de reconstruire une ligne Maginot, cette fois-ci tout autour de l’Hexagone : cela créera de nombreux emplois sans être plus inefficace que le programme atomique français.


[154 des 58 réacteurs nucléaires "français" sont en réalité américains (licences achetées à Westinghouse dans les années 70), et les centrifugeuses de la nouvelle usine "française" d’enrichissement de l’uranium (site du Tricastin) ont été achetées par Areva à son concurrent européen Urenco.

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire