Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Communiqués > France-info Junior : comment tromper les enfants au profit de l’industrie (...)

Publié le 15 mai 2014

France-info Junior : comment tromper les enfants au profit de l’industrie nucléaire

Le mercredi 14 mai 2014, l’émission "France-info Junior" a donné à entendre ce qui peut probablement se faire de pire en matière d’information, ou plutôt de désinformation, avec pour circonstance aggravante la manipulation de jeunes enfants.

Cette émission, qui a en effet pour principe de donner la parole à des enfants sur un sujet de société, traitait ce jour-là de la question extrêmement controversée des déchets nucléaires, et plus exactement du projet de l’enfouissement des déchets les plus radioactifs, à l’étude actuellement à Bure dans la Meuse.

Première faute majeure, qui bafoue d’emblée l’éthique journalistique : avoir choisi, pour répondre aux enfants, une représentante de l’Agence nationale des déchets radioactifs (Andra), l’organisme précisément chargé de promouvoir et mettre en œuvre l’enfouissement des déchets nucléaires !

Il n’est donc pas étonnant que, au cours de l’émission, n’ait jamais été évoqué le moindre doute concernant le fait de produire des déchets radioactifs, ni même le principe de l’enfouissement de ces déchets. Et ce alors que la controverse bat son plein de longue date sur ces questions.

C’est d’ailleurs le journaliste lui-même, Gilles Halais, qui pose d’entrée les bases de la tromperie en décrétant sans l’ombre d’un bémol : "Principal atout de Bure pour ce projet baptisé Cigéo : son sous-sol, en argile. Car l’argile, ça ne bouge pas et c’est donc la matière idéale pour y enterrer, pour plusieurs dizaines de milliers d’années, les déchets atomiques les plus dangereux".

Voici donc balayées en 5 secondes les objections majeures avancées par de nombreuses personnes qui suivent de près ce dossier. On peut pourtant les lire dans les "cahiers d’acteurs" mis en ligne par la Commission nationale du débat public. On citera par exemple le cahier de l’ingénieur Bertrand Thuillier ou celui de l’Observatoire du nucléaire.

Le seul élément de "pluralisme" accordé par le journaliste au cours de son émission réside dans cette remarque sibylline : "Ce projet unique de tombeau nucléaire n’a pas que des amis." Mais qui conteste ? Pourquoi ? Sur la base de quelles données ? En soulevant quelles incertitudes, quels risques ? Les enfants et les auditeurs n’en sauront strictement rien.

Un véritable boulevard était donc ouvert pour Annabelle Comte, communicante de l’Andra, grassement rémunérée pour tromper les citoyens en général et les enfants en l’occurrence. Pour elle comme pour le journaliste, les jeunes (et moins jeunes !) n’ont pas à savoir que le principe de l’enfouissement est frontalement contesté, à tel point qu’il est souvent considéré comme un véritable crime.

Avec "France-info Juniors", l’enfouissement des déchets nucléaires est donc une évidence et il représente même une "solution" (alors que c’est au mieux une option, et probablement la pire de toutes). Extraits :

  • "On met les déchets radioactifs dans la Terre pour qu’ils soient à l’abri et que personne ne puisse être à leur contact"
  • "La Terre va nous protéger de ces déchets",
  • "La seule solution qu’on ait trouvé pour les mettre à l’abri c’est de les mettre dans la Terre"
  • "Pour les plus dangereux qui vont durer très longtemps, là c’est la Terre qui prend le relais
  • "C’est la Terre qui va les mettre à l’abri à la place de l’Homme"
  • "Plusieurs centaines de milliers d’années, ça nous parait beaucoup pour nous, mais la Terre existe depuis 4,5 milliards d’années et donc ça représente une seconde à l’échelle de l’âge de la Terre."

On note une stratégie de répétition si parfaitement assumée qu’elle relève incontestablement du bourrage de crâne. De plus, c’est carrément la Terre qui est convoquée pour "justifier" l’enfouissement : elle "va nous protéger", elle "prend le relais", elle "met les déchets à l’abri".

C’est bien sûr mensonger - la Terre n’a jamais "décidé" de prendre les déchets radioactifs - mais aussi terriblement insidieux : les enfants ne sauraient mettre en doute la pertinence des "actes" de notre Terre.

Cerise sur le gâteau, une situation dramatique, infligée par l’industrie nucléaire aux humains pour des millions d’années, est finalement réduite d’un coup de baguette magique à "une seconde". Qui dit mieux ?

Que l’Agence nationale des déchets radioactifs use de méthodes aussi nauséabondes, on peut presque le comprendre : elle a été créée précisément pour cela. Mais qu’un journaliste, qui plus est sur le service public, collabore directement à cette entreprise de tromperie, de plus en manipulant des enfants, c’est insupportable.

Ce n’est assurément pas sur "France-info Junior" que l’on entendra des jeunes s’étonner par exemple que l’Observatoire du nucléaire soit poursuivi en justice par Areva, pour avoir dénoncé les méthodes par lesquelles la France pille littéralement l’uranium du Niger. Et ce pour alimenter les centrales nucléaires d’EDF… tout en prétendant que ces importations permettent une bien curieuse "indépendance énergétique".

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire