Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Revue de Presse > Revue de presse n°30

Publié le 27 décembre 2012

Revue de presse n°30

Semaine du vendredi 21 au jeudi 27 décembre 2012

Vendredi 21 décembre

Le PDG d’EDF tient les graphiques à l’envers !

  • Article de Challenges : « Proglio : "La part du nucléaire va encore augmenter" »

Comment savoir si Henri Proglio est nul ou simplement bête ? Le bonhomme est tout de même PDG d’EDF, placé là il est vrai par un autre incompétent, le dénommé Sarkozy.

Ce cher Proglio se permet en effet des déclarations d’une totale absurdité, comme « La part du nucléaire va encore augmenter ». Si vous voulez voir la tête de la dite « augmentation » du nucléaire, regardez donc ce graphique (http://world-nuclear.org/info/inf01.html) sur le site de la WNA, c’est à dire le lobby nucléaire mondial.

La part du nucléaire dans l’électricité mondiale est représentée par la courbe mauve dont chacun peut voir qu’elle descend fortement et continuellement depuis 2004. On constate aussi que les nucléocrates ne mettent plus à jour ce graphique (alors que la page est, elle, mise à jour régulièrement) qui s’arrête à 2010 : en effet, en 2011, il y a eu Fukushima, avec la fermeture de dizaines de réacteurs sur Terre (Japon, Allemagne, etc).

Si le graphique était mis à jour, la courbe mauve serait quasiment en chute libre, descendant à environ 11%... en attendant la suite. Conclusion : il est probable que M. Proglio tienne les graphiques à l’envers, ce qui lui laisse croire que la part du nucléaire augmente « et va encore augmenter ».

La France est encore importatrice d’électricité depuis l’Allemagne !

Les nucléocrates ne sont compétents que dans une seule activité : mentir. Ainsi, ils ont réussi à faire croire à une bonne partie de la population que « L’Allemagne sort du nucléaire... en achetant l’électricité nucléaire française ». On entend souvent dire cela au Café du commerce mais parfois aussi dans les éditos des journaux les plus connus.

Pourtant, c’est totalement faux : l’Observatoire du nucléaire a montré que, depuis 2004, la France est tous les ans importatrice d’électricité depuis l’Allemagne. Mieux : comme l’explique bien Médiapart, l’Allemagne reste exportatrice vers la France malgré la fermeture immédiate de 8 réacteurs par Berlin en 2011 du fait de la catastrophe de Fukushima.

La production d’électricité renouvelable en Allemagne est parfois si massive qu’elle permet à la France d’acheter cette électricité à bas coût. Cela n’empêche pas les autorités françaises d’annoncer que « le prix de l’électricité va augmenter de 2,5 % au 1er janvier en raison de la hausse d’une taxe qui finance notamment les énergies renouvelables. ». Alors que le prix de l’électricité française augmente massivement à cause de la vétusté des centrales nucléaires ! Mentir, toujours mentir, la meilleure arme du lobby nucléaire...

C’est l’histoire d’une vieille centrale nucléaire...

  • Article ATS/Le Matin : « Des contraintes strictes demandées à Mühleberg »

C’est l’histoire de la plus vieille centrale nucléaire d’un pays. Les nucléocrates veulent qu’elle continue à fonctionner au delà de la date prévue à l’origine. L’Autorité de sûreté n’est pas contre, mais exige des rafistolages, probablement pour avoir des alibis en cas de catastrophe.

Les nucléocrates promettent de faire ces réparations dans le cadre d’un budget limité, mais la facture réelle sera évidement bien plus lourde. Alors, de quelle centrale s’agit-il ? Fessenheim, en France ? Non : Mühleberg, en Suisse. Son unique réacteur a été mis en service en 1972, cinq ans avant Fessenheim !

Conclusion au choix : Fessenheim peut fonctionner « sans risque » 5 ans de plus, ou alors les « responsables » suisses sont encore plus déments que les français. Dernière option, la seule qui soit sensée : fermer la centrale sans faire ces travaux ruineux, comme c’est le cas à Gentilly au Québec.

Fin du nucléaire en Allemagne : Vattenfall réclame plus de 3,5 milliards !

Construire des centrales nucléaires dans un pays revient véritablement à mettre le ver dans le fruit, le poison dans la société. Bien sûr, c’est bien connu, il y a les risques de catastrophes, les déchets radioactifs, la facture du démantèlement. Mais ce n’est pas tout : lorsqu’un pays nucléarisé prend conscience de la gravité de son erreur et entend y mettre un terme, à savoir arrêter le nucléaire, les vers veulent continuer à gâter le fruit. Ils s’accrochent !

C’est ainsi que le suédois Vatenfall, que les Allemands ont autrefois autorisé à exploiter des centrales nucléaires chez eux, exige des milliards parce que ses vieilles centrales ont été fermées suite à Fukushima. Or, elles étaient si vétustes qu’elles étaient à l’arrêt depuis deux à quatre ans ! Il y a des coups de pieds aux fesses qui se perdent...

Samedi 22 décembre

Corruption : le lobby nucléaire se débarrasse de ses déchets radioactifs

Enquête du Temps (Suisse) : « Les conquistadores du nucléaire »

Reportage édifiant sur la façon dont les nucléocrates profitent des ravages de la crise pour « fourguer » les déchets radioactifs à des villages sinistrés. Ce sont donc 7000 tonnes de ces déchets mortels qui vont être entreposés à Villar de Cañas, 500 habitants. Un véritable système de « corruption légale » a été mis en place pour ce faire.

En effet, une partie du prix de l’électricité a servi de longue date à constituer un trésor de guerre qui permet aujourd’hui au lobby de l’atome d’acheter à prix d’or les terrains nécessaires, la collaboration des élus, et de faire miroiter emplois et développement économique. Illustration.

Dimanche 23 décembre

Les USA à portée des missiles nucléaires nord-coréens ?

  • Article de RFI

Rappelons que, pour atomiser un pays (ou du moins ses grandes villes), il ne suffit pas d’avoir des bombes nucléaires, il faut aussi être en capacité de les lancer loin. Le bombardement à l’ancienne, par avion, n’est plus de mise, bien qu’ayant fait ses preuves par le passé à Hiroshima et Nagasaki (cf photos)

De nos jours, deux options principales sont utilisées : des sous-marins « lanceurs d’engins », ou des missiles longue portée. Il semble que les dirigeants Nord-Coréens, à défaut de nourrir leur peuple, soient bientôt capables d’expédier leurs « AMD » (armes de destruction massive) à 10 000 km, par exemple sur les USA. Voilà ce que c’est de se focaliser sur l’Iran...

Lundi 24 décembre

L’Inde se plaint de problèmes sur le sous-marin nucléaire loué à la Russie !

L’Inde possède depuis les années 70 des armes nucléaires. Elle peut sans trop de mal en expédier quelques unes sur ses voisins comme le Pakistan ou la Chine. Mais, pour frapper plus loin, elle loue un sous-marins nucléaire à la Russie ! On peut donc louer des sous-marins nucléaires ! Après vérification, cette demande chez Kiloutou ne permet d’avoir qu’une « sableuse à dépression pneumatique ». L ’Inde ferait peut-être mieux de s’en contenter car le sous-marin russe loué semble loin de donner satisfaction. Il ne faut pas s’entêter Koursk que Koursk...

Pour le patron de la sûreté nucléaire Belge : "le risque nucléaire n’est plus acceptable" !

  • Article de la RTBF
  • Article du Vif (Belgique)

En novembre dernier, l’Observatoire du nucléaire était le seul à rompre avec un indécent concert de louanges en faveur de Claude-André Lacoste, à l’occasion du départ à la retraite du grand chef de la prétendue « sûreté nucléaire » française.

Aujourd’hui, son homologue belge Willy De Roovere quitte lui aussi son poste, et chacun peut voir la différence : « il y a toujours un risque lié à l’énergie nucléaire. Et nous devons aussi nous demander si le risque est acceptable pour la société. Je pense qu’aujourd’hui il ne l’est plus. ».

C’est sûr que ce n’est pas en France avec l’ « admirable Lacoste » que l’on entendrait ça ! Mais les nucléocrates peuvent se rassurer : le successeur de M ? De Roovere n’est autre que... le directeur actuel de la centrale nucléaire de Doël, où l’on trouve un des fameux réacteurs aux cuves fissurées.

Le lobby nucléaire n’a pas perdu son temps en coulisse pour faire nommer une de ses marionnettes à la tête de la « sûreté nucléaire » belge ! Nous pouvons d’ores et déjà parier que ce plaisantin ne verra aucun inconvénient à la remise en service des réacteurs fissurés. Mais, après tout, c’est déjà le cas en France.

Mardi 25 décembre

Le surpoids infantile, effet collatéral du drame nucléaire de Fukushima

  • Article de RTS (Suisse)

Nouvelle confirmation de ce que les pronucléaires sont des gens dangereux qui expriment en particulier leur méchanceté en nuisant aux enfants : non contents de leur léguer des déchets radioactifs, des centrales à démanteler, des pays contaminés, ils les irradient et, effet collatéral, les condamnent au surpoids.

En effet, les malheureux enfants japonais ont le choix entre jouer dehors dans un environnement contaminé et prendre du poids en restant à l’intérieur. Jamais avares d’infamies, les pronucléaires vont jusqu’à prétendre que les gens malades après les catastrophes nucléaires ne sont pas victimes des radiations mais... de leur propre peur. C’est la prétendue « radio-phobie » (cf par exemple ici). Affligeant.

Japon : mort de l’auteur du manga « Gen d’Hiroshima »

Hommage au dessinateur japonais Keiji Nakazawa, auteur du manga autobiographique sur la guerre et la bombe atomique « Gen d’Hiroshima ». Il avait par la suite pris position contre le nucléaire dit « civil », dénonçant la catastrophe de Tchernobyl puis celle de Fukushima survenue dans son pays. Encore une voix que les « élites » auraient mieux fait d’écouter...

Fukushima : Tepco demande une aide d’État supplémentaire de 6 milliards d’euros

Pour mémoire, Tepco était une société privée qui faisait un business lucratif en vendant de l’électricité principalement nucléaire. Après la catastrophe de Fukushima, Tepco a été nationalisée et c’est l’argent public qui est requis, massivement, pour tenter de limiter les conséquences du drame. Privatisation des bénéfices et collectivisation des (immenses) pertes, c’est comme cela que vit l’industrie nucléaire. On s’étonnera de ce que l’Usine nouvelle, si prompte à prétendre que l’électricité atomique est compétitive, se contente de relater cette information sans dénoncer le coût incommensurable du nucléaire pour la collectivité...

Mercredi 26 décembre

Contrat « secret » d’EDF avec la Chine : la fable du « transfert de technologie »

Nous avons évoqué à plusieurs reprises la rivalité d’EDF et d’Areva pour faire ami-ami avec les Chinois, seule bouée de sauvetage (provisoire) pour une industrie nucléaire en voie de décomposition. Cette semaine, l’ensemble des médias s’est emballé autour d’une supposée affaire de « transfert de technologie » : pour s’assurer d’être choisie par les Chinois au détriment d’Areva, EDF serait décidée à brader les secrets de la prétendue « expertise » française dans le nucléaire.

L’Observatoire du nucléaire rappelle donc à juste titre que, contrairement à une idée hélas répandue dans l’opinion, l’industrie nucléaire française est spécialisée dans les échecs industriels, les erreurs de stratégie, les fautes de conception, les malfaçons, les surcoûts, etc. Et qu’elle est raillée et recalée dans le monde entier.

De fait, cette histoire de « transfert de technologie » relève de la plaisanterie : les Chinois souhaiteraient-ils savoir comment échouer et se ridiculiser ? Par contre, il est probable que l’accord signé par EDF comprend réellement des aspects inavouables. Pour mémoire, les deux EPR vendus par Areva à la Chine ont été bradés à 3,6 milliards les deux, alors qu’un seul exemplaire vaut au moins 8 milliards.

Il est donc légitime de chercher à savoir combien de milliards EDF et Areva sont prêts à perdre pour être le « toutou » préféré des Chinois. Comme toujours, ce sont les finances publiques et les factures d’électricité des français qui couvriront les pertes...

Jeudi 27 décembre

Les Chinois utilisés pour virer Proglio et fermer Fessenheim ?

  • Article de l’expansion.fr : "Les chinoiseries de Proglio dans le viseur de Bercy"
  • Dépêche AFP : "Proglio visé par une enquête et surveillé chez EDF"

Nous l’avons vu, EDF n’a rien à brader aux Chinois, à part les « secrets » de... l’incompétence. Pourtant, les Chinois semblent utiles pour le pouvoir en place qui accuse son chien (ie : Proglio) d’avoir la rage (ie : d’avoir livré des secrets industriels). Nous ne verserons néanmoins aucune larme sur ce « pauvre » Proglio, affairiste sans scrupules qui n’hésite pas à s’allier même avec la CGT-énergie (laquelle s’allie, il est vrai, avec quiconque veut bien fermer les yeux sur les détournements financiers du comité d’entreprise : voir Le Monde du 10.09.12 ou le JDD du 9.09.12).

L’Observatoire du nucléaire a certes indiqué la marche à suivre en clamant que « Pour fermer la centrale de Fessenheim, il faut révoquer le PDG d’EDF ». Mais nous ne croirons que ce que nous verrons : à ce jour, rien ne permet de penser que Fessenheim sera fermée avant 2017. Sans parler de toutes les autres installations nucléaires qui jonchent le pays...

A la semaine prochaine...

Bonne année 2013 à toutes et tous !

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire