Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Communiqués > Fonds de soutien aux PME du nucléaire : Vaine perfusion pour une industrie (...)

Publié le 26 janvier 2013

Fonds de soutien aux PME du nucléaire : Vaine perfusion pour une industrie nucléaire en pleine déconfiture

  • L’argent public a nouveau mis à contribution pour une industrie prétendue "rentable"
  • La présence d’ "écologistes" dans ce gouvernement pronucléaire plus que jamais absurde

En annonçant la création d’un fonds destiné à soutenir les PME de la filière nucléaire, le gouvernement reconnaît que cette filière est en totale déconfiture et n’a d’avenir que si elle est une fois de plus lourdement subventionnée par l’argent public.

Depuis des décennies, les gouvernements successifs ont prétendu que le nucléaire était une énergie rentable mais, à la vérité, elle n’a fonctionné, hier comme aujourd’hui, qu’avec de lourdes subventions.

C’est d’ailleurs le cas à l’étranger comme en France : avant de s’engager dans la construction de réacteurs nucléaires en Grande-Bretagne, EDF attend du gouvernement Cameron la mise en place de systèmes permettant de subventionner la production nucléaire et d’en garantir la "rentabilité" grâce à des subventions ou des taxes prélevées sur les factures des citoyens.

Ceci dit, même si de lourdes sommes d’argent public vont une nouvelle fois être gaspillées en faveur de l’atome, la création de ce fonds ne parviendra pas à redonner vie à une industrie mourante.

Les réacteurs actuellement en fonction vont hélas obtenir des prolongations de durée de vie, démultipliant le risque de catastrophe, mais cela ne fera que donner un sursis à une industrie condamnée.

Au niveau mondial, la part du nucléaire dans la production d’électricité est passée de 17% en 2001 à 11% en 2012. Cette chute rapide va continuer de façon inexorable, le nombre de nouveaux réacteurs étant bien moins important que les dizaines de fermetures à venir.

Enfin, on notera que la présence de prétendus "écologistes" dans ce gouvernement pronucléaire devient de plus en plus absurde et risible. Mme Duflot et M Canfin cautionnent entre autre la mise en service de l’EPR, les projets ITER, Mégajoule et Astrid, les pratiques de corruption d’Areva en Afrique et en particulier au Niger, et désormais la création de ce fond d’aide à l’industrie nucléaire...

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire