Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Revue de Presse > Revue de presse n°47

Publié le 25 avril 2013

Revue de presse n°47

Semaine du vendredi 19 au jeudi 25 avril 2013

Vendredi 19 avril

Enfouissement des déchets nucléaires : la Croix est la bannière (de l’Andra)

La Croix parle de Cigéo, le joli nom trouvé par l’Andra (Agence nationale des déchets radioactifs) pour rendre « acceptable » un véritable crime : l’enfouissement des déchets nucléaires. Mais, dans cet article, aucune réflexion sur le principe même de l’enfouissement, aucune parole accordée aux citoyens qui se battent contre ce projet.

Non, à la grande joie de l’Andra, La Croix reste dans les clous définis par le lobby de l’atome : on peut débattre, certes, mais sans remettre en cause la "pertinence" du projet. Il est donc question du « dimensionnement du projet Cigéo » ou « de la nature et de la quantité de déchets qui devront être enfouis ». Car, La Croix fait passer le message, les déchets « devront » être enfouis.

On n’oublie pas non plus « le développement économique associé à Cigéo », c’est à dire en d’autres termes les sommes qui vont être versées aux élus qui collaborent au projet : une véritable « corruption légale », avec l’argent public. Mais, de toute évidence, pas de quoi choquer la morale de La Croix, qui se fait bannière de l’Andra.

55 milliards dans le nucléaire, ce ne sont pas des coûts.... mais "des investissements"

Il suffisait d’y penser : des milliards dans les énergies renouvelables, ou dans la sortie du nucléaire, cela coûte cher. Mais des dizaines de milliards dans le nucléaire, par contre, ce sont juste... des « investissements ». Que le PDG d’EDF, le sarkozyste Proglio, présente les choses de cette façon parfaitement partiale, avec la plus grande mauvaise foi, rien de surprenant. Il est par contre désolant de constater que divers médias reprennent tels quels les « éléments de langage » de Proglio...

Limoges : un musée à la gloire des contaminations uranifères d’Areva

Les mines d’uranium sont une des pires calamités environnementales. Le sol de la France a été ainsi mité et contaminé par d’innombrables mines d’uranium qui, si elles sont toutes fermées depuis plus de 10 ans, n’ont pas vu leurs contaminations disparaître (cf par exemple dans Télérama)
Pas de quoi gêner le contamineur en chef, Areva (ex-Cogéma), qui a décidé d’ouvrir en Limousin... un musée dédié à la mine d’uranium ! A ce compte, pourquoi pas un musée à la gloire de l’amiante, ou du médiator ?
Si Areva a dépensé 8,5 millions d’euros pour faire la promotion de ses activités criminelles, on remarque aussi que « le Conseil général, la commune de Bessines, le Syndicat d’électrification de la Haute-Vienne (SEHV) et le Conseil régional ont financé le projet pour 1,5 million d’euro ». Des imbéciles ont donc décidé de gaspiller de l’argent public dans ce projet nauséabond...

Samedi 20 avril

Journalisme d’ « investigation » : l’Express pille allègrement l’Observatoire du nucléaire

Nous aurions dû nous féliciter de voir qu’un « grand média », en l’occurrence l’Express, s’intéresse à l’affaire que nous avons soulevée depuis plusieurs mois, à savoir le fameux « don d’Areva » au Niger et le document confidentiel que nous avons publié sur notre site web.
Mais nous avons été refroidis en lisant des allégations comme « le document dont L’Express révèle ici la teneur » et en constatant que les auteurs occultaient totalement l’Observatoire du nucléaire et, pire, se faisaient passer insidieusement (en maniant habilement l’ambiguïté) pour les « investigateurs » ayant mis à jour le fameux document.
Qui plus est, les auteurs évoquent l’affaire du « don d’Areva » sans signaler que l’Observatoire du nucléaire est directement concerné et, même, trainé en justice par Areva. Contactés, les auteurs n’ont pas même daigné répondre. C’est donc avec regrets que nous devons parler de pillage et de plagiat. Beurk !

Dimanche 21 avril

Areva - Une mine redémarre au Niger, menace d’une nouvelle grève

Nous avons évoqué à de nombreuses reprises la façon dont la France atomique, par le biais de la multinationale radioactive Areva, pille l’uranium du Niger depuis 40 ans. Non content de s’attribuer cet uranium à un tarif dérisoire, Areva exploite aussi les travailleurs africains : question de cohérence probablement ! Mais voilà, ça commence à ruer dans les brancards. Une grève de 48 heures a eu lieu dans la mine de la Cominak (filiale d’Areva). Les mineurs exigent de meilleures rémunérations. On les comprend, d’autant qu’ils respirent des poussières d’uranium qui ont de fortes « chances » de condamner la plupart de ces travailleurs au cancer du poumon...

Nucléaire : le Monde déroule-t-il le tapis radioactif à Areva ?

  • Article du Monde : « La difficile percée du nucléaire français en Chine »

Très mauvais article du Monde, qui semble avoir été écrit sous la dictée d’Areva, dans la perspective du déplacement de François Hollande en Chine jeudi 25 et vendredi 26 avril. « La Chine devrait mettre en chantier 171 réacteurs nucléaires d’ici à 2030, soit 35 % des nouvelles tranches en projet dans le monde ».
Voilà ce que c’est que de recopier la propagande d’un lobby, on en arrive à écrire n’importe quoi. Certes, il n’est pas impossible que les Chinois construisent quelques dizaines de réacteurs, mais le chiffre de 171 est tout simplement absurde. Quant aux 318 autres réacteurs « en projet » ailleurs dans le monde, c’est du pur délire : la quasi-totalité... restera en projet !

Lundi 22 avril

Nucléaire : les chinois contents de leurs propres réacteurs

  • Dépêche Xinhua : « Un réacteur nucléaire développé par la Chine passe avec succès une importante évaluation »

On n’est jamais si bien servi que par soi-même : ainsi, les Chinois ont trouvé excellent un réacteur qu’ils viennent de construire eux-mêmes ! Voyez un peu : « La conception préliminaire de l’ACP1000, un réacteur nucléaire à eau sous pression de niveau avancé développé par la Chine, a passé vendredi avec succès une évaluation faisant autorité, a annoncé le concepteur du réacteur. »
Mais il y a mieux : les experts chinois « ont conclu que l’indice technologique et de sécurité de l’ACP1000 était au même niveau que celui de la troisième génération de réacteurs nucléaires mondiaux ». C’est à dire « au même niveau » que l’EPR français, le plus mauvais réacteur du monde. Finalement, les nucléocrates chinois sont presque drôles...

Mardi 23 avril

Hollande bottera-t-il les fesses au Directeur de l’IRSN ?

  • Dépêche Reuters : « Fermer Fessenheim reste une "suggestion politique", selon l’IRSN »

Depuis qu’il a antenne ouverte sur France-Inter (cf revue de presse de la semaine dernière), le directeur de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) ne se contient plus. Alors que sa mission est juste de faire croire à la population que la « sûreté nucléaire » existe, voilà que le dénommé Repussard se croit habilité à contester la seule proposition intéressante de M. Hollande concernant le nucléaire : fermer la centrale de Fessenheim.
A ce jour, le Président de la République et son gouvernement prétendent toujours qu’ils vont fermer Fessenheim « fin 2016 ». On verra bien, même si cette promesse semble de plus en plus fumeuse. Mais nos « chers leaders » devraient au moins recadrer le sieur Repussard qui s’autorise à dire que fermer Fessenheim n’est qu’une "suggestion politique". Hollande lui bottera-t-il les fesses ? Probablement pas...

Japon : les nouvelles normes de sécurité compromettent la relance du nucléaire

Intéressantes informations publiées par Les Echos (comme quoi tout arrive) : à propos de la mise aux normes des centrales nucléaires au Japon, « Plusieurs analystes ont assuré que cette mise aux normes pourrait retarder de plusieurs semestres la relance des centrales et même entraîner la fermeture définitive de certaines d’entre elles. ». Espérons juste qu’il s’agira de la fermeture définitive de « la plupart » d’entre elles, et si possible de toutes !
On notera aussi que la nouvelle autorité de sûreté nippone a déclaré « Nous avons découvert que le Japon était très en retard par rapport aux principes de sécurité adoptés à l’étranger ». Sans pour autant donner crédit à la prétendue « sûreté » qui serait en vigueur « à l’étranger », on remarquera le caractère stupéfiant de cet aveu : de longue date, tous les « experts » prétendaient que le Japon était à la pointe de la sûreté nucléaire ! Nous aurait-on menti ?

Mercredi 24 avril

« The Land of Hope » : un cinéaste japonais déclare la guerre au nucléaire

« Au final, dans un pays dont le drapeau est un soleil levant, The Land of hope est bien un immense film d’espoir pour une renaissance civique de la société japonaise sans le nucléaire ». Une seule chose à dire : précipitez-vous au cinéma pour voir The Land of Hope !

Le Midi-« Libre » fait de la retape pour Areva

Le Midi-« Libre » est probablement le journal le plus soumis au lobby nucléaire, malgré la concurrence acharnée (lucratives pages de publicité obligent !). Cette semaine, le quotidien s’est carrément mué en rabatteur de chair fraîche pour Areva.
Mais, contrairement à ce qui est prétendu, le secteur nucléaire ne crée pas d’emplois, au contraire : il cherche désespérément à remplacer les nombreux salariés qui partent à la retraite (lointain effet du « baby-boom » de l’après guerre).
Le plaisantin qui fait office de journaliste s’autorise pourtant à ricaner : « N’en déplaise aux antinucléaires, le secteur continue d’être créateur d’emplois. » Ce n’est pas seulement bête et faux, c’est aussi criminel de pousser des jeunes à aller se faire irradier pour gagner leur vie.

Trafic atomique : du Mox japonais stocké en France cédé à des Allemands suite à un accord avec les Britanniques

  • Dépêche AFP : « Nucléaire : du MOX stocké en France cédé à des Allemands »

Nous avons vu la semaine dernière qu’Areva avait expédié une nouvelle cargaison de MOX - ce combustible nucléaire contenant du plutonium - vers une centrale japonaise en pariant sur son redémarrage. Une telle hypothèse est par contre totalement impossible pour la centrale... de Fukushima, et le MOX prévu pour elle ne peut donc plus être écoulé.

Mais les nucléocrates ne sont jamais à court d’idées pour maintenir leur business : le MOX préparé par les français pour les Japonais est finalement livré à des centrales encore en service en Allemagne et, en échange, les Japonais deviennent propriétaires de plutonium allemand stocké en Grande-Bretagne ! Le plus incroyable est que les coupables de ce trafic soient encore en liberté !

Jeudi 25 avril

Le coup de « la visite de la centrale » dans l’Usine nouvelle

  • Publi-Article de l’Usine Nouvelle : « Voyage au coeur d’un réacteur nucléaire »

On dirait un publi-reportage édité par le service de communication d’EDF mais non, c’est un vrai « article » de l’Usine nouvelle. C’est exactement ce que l’on peut appeler du "journalisme de complaisance". Le lobby nucléaire peut dormir sur ses deux oreilles, il est servi, faucon pèlerin en guise de cerise sur le gâteau (radioactif). Fukushima connait pas. Affligeant.

Accords bidons pour le nucléaire français en Chine

Nous avons souvent décrypté dans les revues de presse les innombrables coups de bluff et autres effets d’annonce de l’industrie de l’atome. Eh bien, à l’occasion de la promenade de M. Hollande en Chine, les records de néant ont probablement été battus. Le communiqué d’Areva, explicité par Reuters, est un vrai régal, jugez un peu :

Areva a signé avec le Chinois CNNC « une lettre d’intention pour doter la Chine d’une usine de traitement-recyclage des combustibles usés ». Une « lettre d’intention » ! Espérons qu’elle a au moins été imprimée sur du papier toilette, ainsi elle aura eu une utilité !

« Areva a également signé avec EDF et CGNPC un accord de coopération industrielle et opérationnelle ». Oui, le même "accord" déjà signé sous Sarkozy, et qui n’a pas avancé d’un pouce depuis.

« Areva a par ailleurs confirmé l’avancement de ses discussions avec CNNC sur la prise de participation potentielle du chinois dans la filiale d’Areva détentrice de 66,65% de la mine d’Imouraren située au Niger ». Merveilleux « avancement » des discussions sur une prise de participation « potentielle » ! L’avenir du nucléaire est incontestablement dans le bla-bla...

Tchernobyl, la mort des enfants en prime

A la veille du 27e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, survenue le 26 avril 1986, Yves Lenoir, président de l’association Enfants de Tchernobyl Belarus, montre comment la mortalité infantile s’est accrue dans les pays ayant fourni les plus gros contingents de "liquidateurs" : Russie, Ukraine, Belarus, Lettonie, Lituanie. Au total, ses calculs révèlent un excédent d’au moins 62 730 décès d’enfants avant l’âge d’un an, entre 1986 et 2012. Pendant ce temps, l’IRSN du sieur Repussard déroule sa désinformation annuelle : minimiser les conséquences, prétendre à l’incertitude, rassurer la population, protéger l’industrie de l’atome. Les enfants de Fukushima, de Tchernobyl et d’ailleurs apprécieront...

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire