Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Communiqués > Crash d’Areva : une vidéo historique

Publié le 5 mars 2015

Crash d’Areva : une vidéo historique

De nombreux observateurs font mine de tomber des nues en découvrant l’ampleur du désastre industriel et financier d’Areva. Pourtant, dès le 16 novembre 2004, sur le plateau de France Europe Express (France3), face à Anne Lauvergeon, Stéphane Lhomme (aujourd’hui directeur de l’Observatoire du nucléaire) annonçait que la vente du réacteur EPR à la Finlande se solderait par de lourds déficits qui seraient couverts par les contribuables français.

Stéphane Lhomme face à Anne Lauvergeon
France Europe Express (Fr3), 16 novembre 2004

Stéphane Lhomme :

Comme Mme Lauvergeon voulait absolument vendre un EPR à l’étranger pour pouvoir dire aux autres pays “Vous voyez, il y en a déjà un qui a été acheté”, elle a vendu l’EPR aux Finlandais à prix fixe, ce qui fait que tous les dépassements vont être payés par les contribuables français.

Pour mémoire, l’EPR a été bradé à 3 petits milliards, il coûte à ce jour pratiquement 10 milliards... en attendant la facture finale.

Au cours de l’émission, Stéphane Lhomme avait aussi présenté un document confidentiel défense prouvant la vulnérabilité du réacteur EPR, ce qui lui a ensuite valu d’être espionné par EDF et une société suisse, et deux arrestations par la DST (Direction de surveillance du territoire, aujourd’hui DCRI) avec la menace de 5 ans de prison pour "Compromission du secret de la Défense nationale". Aujourd’hui, du fait des "cadavres" qui hantent les comptes d’Areva, c’est plutôt Mme Lauvergeon qui risque tôt ou tard de passer par la case prison...

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire