Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Revue de Presse > Revue de presse - Octobre 2014

Publié le 1er novembre 2014

Revue de presse - Octobre 2014

Le nucléaire français ridiculisé par la « drone de guerre »

Dessin de Drapier
Dessin de Drapier

Si une équipe de télé veut vous interviewer devant une centrale nucléaire, les gendarmes se précipitent et menacent de confisquer les caméras : « on ne filme pas la centrale ». Par contre, des drones munis de caméras (en attendant que ce soient des bombes) entrent dans les centrales, filment la configuration du site jusqu’au moindre détail, et repartent tranquillement.

EDF et les « autorités » françaises étalent leur impuissance, leur incapacité à assurer la « sécurité » et en sont réduites à prétendre, contre toute évidence, que ces survols "ne mettent pas en danger les centrales". Une fois de plus, comme à propos des chantiers catastrophiques des réacteurs EPR en Finlande et à Flamanville, l’industrie nucléaire française est la risée du monde entier. Hélas, le ridicule ne tue pas...

Salon du nucléaire... et des pompes funèbres !

Le nucléaire en pleine exhibition...
Le nucléaire en pleine exhibition...

Nous alertions le mois dernier sur le « Bourget du nucléaire », un salon sensé célébrer le supposé renouveau de l’industrie atomique, ce que nous contestions formellement en assurant au contraire qu’il s’agissait des « derniers soubresauts d’une industrie finissante ».

Et, effectivement, cette « salonade » s’est transformée en chemin de croix pour les nucléocrates : quasiment aucun contrat signé, et une ambiance dépressive, ponctuée par l’annonce du débarquement du PDG d’EDF.

Commentaire d’un sous-traitant d’EDF recueilli par l’Usine nouvelle : « Nous risquons de montrer une fois de plus que la filière française est désorganisée alors que précisément le WNE avait pour but de montrer l’alignement des acteurs de la filière tricolore ! ». Et encore, c’était avant le déclenchement de la « drone de guerre » !

A propos de ridicule, on notera la construction pour rien d’un internat près d’une centrale nucléaire : malgré le bourrage de crânes permanent réalisé sur les élèves avec la collaboration de la hiérarchie de l’Éducation nationale, trop peu d’enfants ont décidé de sacrifier leur santé et leur avenir...

Réacteurs fissurés (suite)

La “sûreté” nucléaire : courir vite !
La “sûreté” nucléaire : courir vite !

Nous avons souvent évoqué l’affaire des réacteurs belges aux cuves fissurées, situation aussi ridicule que dangereuse et qui fait peser sur le plat pays un véritable risque de pénurie, ce qui démontre une nouvelle fois qu’un pays nucléarisé est continuellement sous la menace de mauvaises surprises.

Bien sûr, EDF ne pouvait manquer de se joindre au festival. Outre les fissures déjà connues sur les réacteurs français, qui continuent néanmoins à fonctionner, on note aussi des fissures dans la cuve d’un réacteur détenu par EDF en Écosse. En attendant de nouvelles révélations...

Scoop : EDF n’aime pas les énergies renouvelables

Excellente enquête de Reporterre qui montre comment EDF tente par tous les moyens d’empêcher l’île de Sein de de venir autonome sur le plan énergétique. Non pas que la quantité d’énergie en jeu soit massive, mais EDF craint énormément que l’île de Sein ne donne des idées à d’autres collectivités, et pas forcément insulaires...

Pendant ce temps, même si elle n’est pas subitement devenue raisonnable et sobre, l’Allemagne poursuit méthodiquement son programme de sortie du nucléaire et de développement des énergies renouvelables. Les ricanements des nucléocrates s’estompent peu à peu, laissant place à l’effroi : bientôt, la population française comprendra dans quelle impasse elle a été dirigée par le lobby atomique...

Risques nucléaires « ordinaires »...

Chaque jour, un peu partout en France, des matières nucléaires sont transportées en camions et en trains, mettant en danger la population. De même, d’innombrables sites nucléaires irradient et contaminent impunément leur environnement. Et encore, il ne s’agit là que du fonctionnement « ordinaire » de l’industrie nucléaire, en dehors des incidents et autres accidents. C’est dire.

Le flop de la voiture électrique (suite)

Un pauvre gamin instrumentalisé...
Un pauvre gamin instrumentalisé...

Malgré un battage permanent, le mondial de l’auto, et des publicités TV omniprésentes de Renault pour sa Zoé radioactive (instrumentalisant même un pauvre gamin), les ventes de voitures électriques sont restées infimes en octobre : 0,67% du total. Il paraîtrait que la campagne d’information de l’Observatoire du nucléaire n’y serait pas pour rien...

Fukushima – Tchernobyl

La présentation de ce livre/dvd aura lieu vendredi 14 novembre 2014 lors d’un événement public organisé de 15h à 21h à la Mairie du 2ème arrondissement de Paris que le Maire, Jacques Boutault, met gracieusement à disposition des associations Photographisme et Enfants de Tchernobyl Belarus pour l’occasion, en présence d’Alexey Nesterenko de l’Institut Belrad.

Comme tous les mois depuis le lancement de cette revue de presse, et pour quelques centaines de milliers d’années à venir, il nous faut rappeler que le 26 avril 1986 et le 11 mars 2011 ne sont que les dates de début des catastrophes de Tchernobyl et Fukushima.

Des millions de gens vivent aujourd’hui encore dans les zones contaminées d’Ukraine et Biélorussie, et il faut saluer l’action courageuse et opiniâtre de l’association « Enfants de Tcherbobyl-Bélarus », longtemps soutenue par la regrettée Solange Fernex.

Près de Fukushima, des habitants se mobilisent pour refuser l’entreposage chez eux de centaines de milliers de tonnes de déchets contaminés. Les autorités japonaises avaient pourtant trouvé logique de leur en faire cadeau : après tout, lorsqu’une région est déjà irradiée, pourquoi ne pas en profiter ?

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire