Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Revue de Presse > Revue de presse - Mai 2014

Publié le 1er juin 2014

Revue de presse - Mai 2014

Justice : le nucléaire illégal au Japon ?

  • Le jugement contre la centrale de Ohi met la sûreté nucléaire en accusation - Asahi Shimbun, 22 mai 2014 : http://bit.ly/1ojAwcm
  • L’interdiction de la relance de la centrale de Ohi sonne le glas du nucléaire japonais - Mainichi (Japon), 22 mai 2014 : http://bit.ly/1jXSGv6

JPEG - 10.8 ko

Loin de la République bananière de France, où la justice condamne l’Observatoire du nucléaire au profit de l’entreprise mafieuse Areva, il existe des pays où la justice n’est pas (totalement) irradiée. C’est en tout cas ce qui se passe au Japon, édifié il est vrai par la catastrophe de Fukushima.

En effet, un tribunal a refusé le redémarrage des deux réacteurs de Ohi en déclarant que « le droit personnel des individus à protéger leur vie et leurs moyens de subsistance est la plus haute valeur en vertu de la Constitution ».

Ce jugement est absolument historique en ce qu’il ne conteste pas le redémarrage des réacteurs en mettant en avant telle ou telle faiblesse technique ou organisationnelle, mais tout simplement du fait de la prise de risque que constitue automatiquement le fait de faire fonctionner des réacteurs.

C’est donc bien le nucléaire en tant que tel qui est remis en cause : si ce jugement était confirmé, ce serait de fait la fin irréversible de l’atome au Japon. On imagine donc sans peine que les grandes manouvres sont en cours dans les coulisses pour trouver des juges « raisonnables » en Cour d’appel et sauver le business atomique.

Le Japon est-il une monarchie constitutionnelle bananière et radioactive au même titre que la République atomique française ? A suivre...

Fukushima : encore et toujours

  • Les bulles explosives du manga Oishinbo - AFP, 12 mai 2014 : http://bit.ly/1omjsoo
  • Fukushima : une exposition « radioactive » - Gen42.fr, 18 mai 2014 : http://bit.ly/1vxdRxt
  • Qui veut goûter les salades « électroniques » de Fukushima ? - AFP, 16 mai 2014 : http://bit.ly/S04d7f
  • Contamination : le Japon se félicite de la compréhension de la France - Elysée, 5 mai 2014 : http://bit.ly/1ufKONi
  • Video du voyage en Europe du « dernier homme de Fukushima » - Youtube.com, 19 mai 2014 : http://bit.ly/1h3h5zs

JPEG - 6.7 ko

Au Japon, les lobbies politicien et atomique, ainsi qu’une partie de la population préférant vivre dans le déni, tentent d’étouffer la vérité sur la catastrophe de Fukushima. C’est ainsi que de vives protestations ont lieu contre des démarches artistiques, aussi étonnantes que courageuses, mettant en lumière la vérité : une série de BD et une exposition de plaques « autoradiographique ».

Au contraire, de curieux « agriculteurs » font pousser à Fukushima, dans des sortes de laboratoires hors sols, d’étranges laitues stériles élevées dans une ex-usine de semi-conducteurs. Il n’y a pas à dire, les catastrophes nucléaires stimulent la créativité des survivants...

A propos de salades, lors de la visite en France du premier ministre nippon, ultranationaliste et pronucléaire, l’Elysée a publié un communiqué fabuleux dans lequel on apprend que « concernant le nucléide radioactif dans les produits alimentaires et les fourrages provenant du Japon, le Japon se félicite de la compréhension de la France pour une révision des mesures de restriction de l’UE ».

Génial, la France est « compréhensive » : cela signifie que des produits qui auraient dû être interdits, car trop contaminés (malgré des limites déjà terriblement laxistes), vont être autorisés. La radioactivité n’a qu’à bien se tenir !

On se réconfortera avec une vidéo revenant sur le voyage en Europe du fameux « dernier homme de Fukushima ». Comme expliqué le mois dernier, malgré certaines craintes légitimes, ce voyage n’a aucunement fait le jeu de l’industrie nucléaire, bien au contraire.

Faux élus, faux experts, mais vrais lobbyistes atomiques et corrompus

  • Christian Bataille ment pendant 11 minutes - BFMBusiness, 19 mai 2014 : http://bit.ly/1jnhmBs
  • "Il faut faire durer au maximum les centrales nucléaires" - La Tribune, 28 mai 2014 : http://bit.ly/1mDLJEh
  • L’indépendance du gendarme de l’Énergie (CRE) mise en cause - Europe1, 27 mai 2014 : http://bit.ly/1knz3CI
Christian Bataille, pseudo député, sait recopier
et répéter la propagande atomique. Quel “talent”.
Christian Bataille, pseudo député, sait recopier et répéter la propagande atomique. Quel “talent”.

Christian Bataille est officiellement député, depuis 1988 s’il vous plait, mais il n’est en fait que le pion avancé de l’industrie nucléaire dont il porte consciencieusement les projets à l’Assemblée nationale. Ce zozo a même donné son nom à la loi d’enfouissement des déchets radioactifs. Vous pensez peut-être que c’est un grand scientifique ou un spécialiste de l’industrie ? Que nenni : c’est un ancien prof de lettres, choisi pour cela : il fallait quelqu’un capable de recopier correctement les projets de lois rédigés par l’industrie nucléaire...

La Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) a offert 100 millions d’euros à des entreprises très énergivores (aluminium, chlore, papier, etc) au détriment des consommateurs ordinaires qui vont donc payer la différence. Contrairement à ce que son nom indique, la CRE est un outil de dérégulation et d’injustice sociale... sauf pour ses membres, grassement rémunérés (10 000 à 16 000 euros /mois) pour voler la population. On trouve même dans ce machin une représentante des « élites » d’EELV, ennemies de la population.

Au fait : il paraît que nous avons 58 réacteurs nucléaires parce que cela permet d’avoir « l’électricité la moins chère du monde » : mais alors, pourquoi ces grosses ristournes ? Parce que l’électricité nucléaire est bien plus chère que ce que l’on nous dit ! Elle est même de plus en plus coûteuse, et elle sera bientôt ruineuse : il faudra bien payer les facture repoussées à plus tard depuis 40 ans...

C’est d’ailleurs ce que ne veut pas avouer un autre larbin (bien payé) de l’industrie atomique : François Lévêque, professeur d’économie industrielle à l’École des Mines. Sa mission est héroïque : à chaque augmentation du coût de l’électricité nucléaire, il va dans les médias prétendre que c’est tout de même une énergie bon marché. Le ridicule ne tue hélas pas.

Explosion de la facture nucléaire : on y arrive !

JPEG - 14.1 ko

  • Facture du nucléaire : l’alerte de la Cour des comptes - Le Monde, 27 mai 2014 : http://bit.ly/TPibtR
  • Nucléaire : une énergie appelée à se renchérir - JDLE, 27 mai 2014 : http://bit.ly/1knAy3L

Depuis 40 ans, les antinucléaires hurlent que le vrai coût du nucléaire est caché, et que les factures devront être payées tôt ou tard. Eh bien nous y sommes. Le mois dernier, nous évoquions les données qui ont « fuité » de chez EDF montrant l’explosion à venir du coût de l’électricité atomique.

Mais, d’ores et déjà, on note que « le coût de production de l’électricité nucléaire s’envole. Entre 2010 et 2013, la facture a connu une forte hausse, passant de 49,6 euros par mégawattheure (MWh) à 59,8 euros/MWh. C’est une augmentation de 20,6 % en euros courants ». Plus 20% en trois ans, et ce n’est qu’un début.

Même sans catastrophe comme Fukushima, avoir construit un grand parc nucléaire (58 réacteurs en France) est la certitude d’une situation dramatique 30 ou 40 ans plus tard : les réacteurs partent en lambeaux, leur rénovation est ruineuse, leur remplacement trop cher... et de toute façon impossible (EDF et Areva n’arrivent même pas à construire un EPR !)

Il reste à espérer que les vents souffleront fort dans les années à venir de façon à ce que les grands parcs éoliens allemands nous envoient de grandes quantités d’électricité à bas prix ( cf http://bit.ly/1e0cmeL )...

La prétendue « maestria » du nucléaire français

  • Les lourds retards lourds du Réacteur Jules Horowitz - Les Echos, 14 avril 2014 : http://bit.ly/1pgrZH9
  • EDF déclare une anomalie sur la tenue au séisme de matériaux dans plusieurs centrales - AFP, 21 mai 2014 : http://bit.ly/1jYkfnU
  • Areva remplacé par Rolls Royce sur un chantier nucléaire en Finlande - AFP, 21 mai 2014 : http://bit.ly/S3go2q
  • Rappel - Nucléaire français : le carrosse n’était que citrouille - Observatoire du nucléaire : http://bit.ly/1kmA4uU
La France nucléaire en échec
La France nucléaire en échec

Nous avons souvent exposé les éléments qui prouvent que, hormis le fait d’avoir un gros carnet de chèques (abondé contre leur gré par les citoyens de France), le lobby nucléaire hexagonal n’est absolument pas le « champion » que l’on nous vante, bien au contraire. Les déconvenues de l’atome franchouillard sont mêmes légions et font bien rire à l’étranger. Et il en arrive régulièrement de nouvelles.

Ainsi, on note « les retards de construction du réacteur Jules Horowitz (RJH), qui devait initialement prendre le relais d’Osiris dès cette année. Or il ne sera mis en service, au plus tôt, qu’en 2020. »

Lancé avec tambours et trompettes, ce réacteur qui devait « réaliser simultanément vingt expériences différentes », et permettre d’améliorer les réacteurs actuels (ne sont-il donc pas « parfaits » ?), se contente de la seule expérience commune aux réacteurs français : accumuler les retards, les surcoûts, les malfaçons. Et si jamais il entre un jour en service, il rencontrera bien sûr l’échec.

Les Finlandais sont sérieusement échaudés après avoir commandé à la France un réacteur EPR qui devait entrer en service en 2009 et coûter 3 milliards : il est loin d’être fini, on ne sait même pas s’il fonctionnera un jour, et son prix approche des 10 milliards. Aussi, les Nordiques ont enfin pris le taureau par les cornes : ils viennent tout simplement de virer Areva d’un contrat de modernisation de la centrale nucléaire de Loviisa et ont fait affaire à la place avec le britannique Rolls Royce. Ça ne pourra pas rouler moins bien !

Déchets radioactifs : mensonges et contaminations

  • Zero day for US nuclear waste fee - WNN, 16 mai 2014 : http://bit.ly/1k8MGnv
  • Allemagne : les entreprises nucléaires veulent grouper leurs réacteurs dans une structure publique - AFP, 11 mai 2014 : http://bit.ly/1sB50Xm
  • France-info Junior : comment tromper les enfants au profit de l’industrie nucléaire - Observatoire du nucléaire, 15 mai 2014 : http://bit.ly/1kLiCAu
  • Stockage de déchets radioactifs à Bure : l’Andra retarde le calendrier - AFP, 6 mai 2014 : http://bit.ly/1nOBY9V
  • USA : une catastrophe nucléaire en cours à 655 mètres sous terre - Coord-antinucléaire Sud-Est, 25 mai 2014 : http://bit.ly/1lNHmDd
  • Une mise en garde qui nous vient du futur - Le Devoir (Québec), 28 mai 2014 : http://bit.ly/1ouzAVh
Catastrophe nucléaire souterraine au Wipp (USA)
Catastrophe nucléaire souterraine au Wipp (USA)

Depuis ce mois de mai, les producteurs d’électricité nucléaires n’ont plus à payer au Département de l’énergie des USA (DOE) de taxe concernant les déchets radioactifs qu’ils produisent. Est-ce à dire que le problème est enfin résolu ? Non bien sûr... et bien au contraire.

Comme nous l’avons souvent expliqué, le nucléaire est une industrie de lâches (euphémisme), de gens qui veulent bien encaisser la monnaie en vendant leur électricité atomique... mais qui n’ont aucune intention de payer ensuite pour le démantèlement et les déchets. Alors ils mettent au point des stratagèmes permettant de se débarrasser de tout ça sur le dos de nos enfants et laisser l’argent public payer.

Ainsi, aux USA, a été signé en 1982 le Nuclear Waste Policy Act qui permet aux nucléaristes de livrer leurs déchets radioactifs au DOE en échange du paiement d’une taxe censée couvrir les frais à venir. Bien sûr, les sommes seront largement insuffisantes le moment venu mais il y a encore mieux : de fait de l’échec du projet d’enfouissement des déchets prévu à Yucca Mountain (Nevada), les producteurs nucléaires ont obtenu le droit de ne plus payer la taxe sur les déchets radioactifs !

C’est d’ailleurs ce merveilleux exemple que les entreprises allemandes du nucléaire voudraient bien pouvoir suivre : ne doutant de rien, elles tentent de léguer leurs réacteurs - qui vont sous peu être arrêtés et devront être démantelés - à une structure publique qui s’occuperait ensuite de tout. Ben voyons !

En France, l’émission de radio France-info-Junior a démontré de façon magistrale comment tromper les citoyens dès le plus jeune âge, en sélectionnant une communicante de l’Andra (Agence nationale des déchets radioactifs) pour répondre aux questions de gamins sur les déchets radioactifs. Décryptage par l’Observatoire du nucléaire, il est conseillé de vomir avant de lire (comme ça c’est fait).

L’Andra, justement, a préféré reporter dans le temps l’ouverture théorique du site d’enfouissement de Bure (Meuse) : la mise en service en 2025 devrait en fait débuter par une « période pilote » de 5 à 10 ans. En gros, on fera des expériences directement en situation. Les guignols du nucléaire français ont encore frappé.

Ceux du nucléaire américain sont déjà à l’oeuvre avec la catastrophe qui a lieu depuis plusieurs mois dans le site de stockage souterrain du WIPP (Nouveau-Mexique), affaire que nous avons évoquée lors des précédentes revues de presse. La Coordination antinucléaire du Sud-Est fait le point sur ce désastre en cours.

On notera enfin avec intérêt le texte plein de sagesse de Hendrik Van Gijseghem, Archéologue, du Département d’anthropologie de l’Université de Montréal, publié par le journal québécois indépendant Le Devoir. Sagesse et indépendance, l’antithèse de l’industrie atomique...

Armes nucléaires françaises : ça va mal (et tant mieux !)

Tir d'un M51 : ça marche... en dessin !
Tir d’un M51 : ça marche... en dessin !

Il y a un an, le 5 mai 2013, le "joyau" des armes nucléaires françaises, le missile M51, explosait en plein test au large du Finistère. Ce programme aussi nuisible que ruineux se poursuit néanmoins car en France un programme nucléaire doit toujours se poursuivre... surtout s’il échoue.

Un nouveau test serait donc en préparation : il faudrait quand même que la France soit prête pour la prochaine guerre nucléaire, ce serait ballot d’avoir dépensé autant de milliards et de ne pas être en mesure de participer au feu d’artifice final !

Il va d’ailleurs probablement falloir se passer de la tant attendue nouvelle génération de têtes nucléaires car sa mise au point, qui doit passer par la simulation atomique, va de mal en pis : le gigantesque Laser Mégajoule, en chantier depuis 15 ans au Barp (Gironde), se porte aussi mal que le missile M51.

Des rumeurs laissent même entendre que ce programme pourrait être abandonné mais, comme expliqué ci-dessus, c’est hélas très improbable. Vous avez donc de bonnes raisons de participer au Camp de la Paix prévu les 27 et 28 septembre prochain au Barp...

Le glas de la voiture nucléaire ?

  • Les ventes de véhicules électriques en forte baisse depuis le début de l’année - journalauto.com, 13 mai 2014 : http://bit.ly/1hL0IYj et http://bit.ly/1hL0BMu
  • Le véhicule électrique ne démarre toujours pas en France - Le Monde, 15 mai 2014 : http://bit.ly/1hLG4XX
  • Bornes de recharge des véhicules électriques : l’Assemblée vote une proposition de loi PS pour les développer - AFP, 6 mai 2014 : http://bit.ly/SocySa
  • L’Observatoire du nucléaire dénonce l’adoption d’une la loi sur les bornes de recharge pour voitures électriques - http://www.observatoire-du-nucleaire.org, 7 mai 2014 :
  • Voitures électriques : « Reclaim » nos trottoirs ! - Politis, 14 mai 2014 : http://bit.ly/1knKc6r
Les Bluecar brûlent bien, c'est le "glas" de la voiture nucléaire...
Les Bluecar brûlent bien, c’est le "glas" de la voiture nucléaire...

C’est à désespérer les lobbyistes les plus persévérants : malgré un bourrage de crâne massif et continuel en faveur des voitures électriques (ie : nucléaires), les ventes de ces dernières s’effondrent littéralement. Ce qui est d’ailleurs un véritable exploit puisqu’elles étaient déjà extrêmement faibles.

Du coup, une employée du lobby automobile déguisée en députée, Frédérique Massat, a préparé une loi sur mesure pour que l’argent public soit massivement mobilisé dans un programme d’installation généralisée de bornes de recharges.

Ces gens très malins pensent que, lorsque le territoire sera recouvert de bornes de recharges, les voitures électriques se multiplieront alors comme des petits pains. Il faudra sûrement aussi des tas de réacteurs nucléaires pour recharger les batteries. Et tout ça au nom de l’écologie s’il vous plaît !

On notera par contre avec intérêt une chronique sur Politis.fr qui évoque la campagne de l’Observatoire du nucléaire contre la voiture nucléaire et son grand prêtre Bolloré. Nous pouvons d’ailleurs vous annoncer de probables rebondissements dans les semaines à venir...

Renouvelables : la France fait l’autruche, pas l’Autriche !

  • Les énergies renouvelables désormais en tête du mix électrique européen - AFP, 27 mai 2014 : http://bit.ly/1rf9Z4G
  • En Autriche, la révolution verte est en marche - Le Figaro, 22 mai 2014 : http://bit.ly/1nz2elY
La France fait comme l'autruche et non comme l'Autriche !
La France fait comme l’autruche et non comme l’Autriche !

Nous le répétons chaque fois que possible : la part du nucléaire dans l’électricité mondiale est passée de 17% en 2001 à 9% à ce jour, un véritable effondrement commencé bien avant Fukushima, et qui va continuer au rythme des fermetures de vieux réacteurs (plus de la moitié des 400 réacteurs sur Terre a dépassé 30 ans).

Par ailleurs, les énergies renouvelable produisent 21% de l’électricité mondiale, plus du double du nucléaire, et une part en augmentation continuelle. Pas étonnant de fait à ce que les renouvelables soient passées devant le nucléaire en Europe même, malgré tous les réacteurs que l’on y trouve hélas.

Du coup, même le très radioactif Figaro tombe sous le charme de la marche en avant des renouvelables mise en pratique en Autriche. Énergies propres, emplois relocalisés, factures d’énergie en forte baisse : un vrai cauchemar pour les pronucléaires !

Uranium : le pillage du Niger par la France va continuer

  • Des opposants arrêtés et un journal fermé au Niger - Le Monde avec AFP, 25 mai 2014 : http://bit.ly/1ohCb4D
  • Le Niger et Areva signent un accord sur les mines d’uranium - AFP, 26 mai 2014 : http://bit.ly/1rC0JI6
  • Le Niger juge avoir signé « un très bon accord » avec Areva - Le Monde, 28 mai 2014 : http://bit.ly/1l0mGew
Plus que jamais, Areva fait la loi au Niger.
Plus que jamais, Areva fait la loi au Niger.

La vérité est que, comme toujours, l’ex (toujours en fait) puissance coloniale a dicté sa loi. La taxe sur l’uranium que devra payer Areva reste en réalité à 5,5% : elle sera "peut-être" de 9% suivant les circonstances, et "très peut-être" de 12%, ce que l’on peut d’ores et déjà exclure.

On ne sait pas ce que la France a offert pour convaincre les "élites" nigériennes de signer cet accord scélérat, peut-être à nouveau un avion ? Les manifestations populaires contre Areva ont été réprimées afin de ne pas trop peiner la multinationale si puissante.

Au final, comme toujours, c’est la population du Niger qui est spoliée. Et l’Observatoire du nucléaire toujours poursuivi en justice par Areva pour avoir osé contester les méthodes coloniales de la France atomique. Cf : http://observ.nucleaire.free.fr/accueil-proces-areva.htm

Areva, Lauvergeon, corruption, UraMin : ne cherchez pas l’intrus !

  • Dans le feuilleton Areva, le tribunal a ouvert le chapitre espionnage - Le Monde, 17 mai 2014 : http://bit.ly/SqQJkU
  • L’Etat français demande à Areva de modifier sa structure de gouvernance - AFP, 15 mai 2014 : http://bit.ly/1hRpaHu
  • Rappel 2012 : UraMin : le conseil d’Areva passe l’éponge - Le Figaro, 14/02/2012 : http://bit.ly/1qIzVW4
  • Uramin, où est le scandale ? - BFM-Business, 19 mai 2014 : http://bit.ly/1jRsoup
  • Uramin : les coquilles d’Areva - bakchich.info, 5 mai 2014 : http://bit.ly/1nM8JEO
Uramin : qui va aller en prison ?
Uramin : qui va aller en prison ?

Depuis deux ans (cf http://bit.ly/1f2hpvX ), nous pointons l’affaire de corruption dans laquelle Areva, sous le règne de Mme Lauvergeon, s’est offert à un tarif insensé la société Uramin, propriétaire de mines d’uranium moribondes.

Depuis, le torchon brûle entre l’entreprise et son ex-Présidente qui s’espionnent, s’attaquent en justice, avant subitement de retirer leurs plaintes. Trop tard, la justice a fini par se pencher sur ce mic-mac.

Propriétaire d’Areva, l’Etat français tente de noyer le poisson - « Les administrateurs du groupe nucléaire public exigent une refonte profonde de sa gouvernance » - et de désamorcer la bombe : « Areva n’a finalement que peu de reproches à adresser à son ancienne présidente Anne Lauvergeon. ». Ben voyons.

Dans les médias, un des pontes de la chaîne de télé BFM Business monte aussi au créneau avec un édito sidérant : « Uramin : où est le scandale ? ». C’est vrai ça : des milliards qui disparaissent, des sociétés d’espionnage, des mines d’uranium pas très aiguisées : tout est normal !

Espionnage radioactif

JPEG - 9.5 ko

A propos d’espionnage, la DCRI change encore de nom : après avoir succédé à la DST et aux fameux RG (Renseignements généraux), elle devient la DGSI, pour mieux nous espionner. Merci. Votre Observateur du nucléaire préféré a pourtant testé l’efficacité de la DST et des RG (cf http://edf.espionnage.free.fr ), c’est plutôt la Justice qui semble avoir quelques retards à l’allumage...

Procès d’Areva contre l’Observatoire du nucléaire

  • Areva contre l’Observatoire du nucléaire : procès en appel le 19 novembre - Observatoire du nucléaire, 14 mai 2014 : http://bit.ly/1bmR5yV

GIF - 12.1 ko

Et à propos de justice, et d’Areva, le procès en appel de la multinationale nucléaire contre l’Observatoire du nucléaire est fixé au mercredi 19 novembre 2014, à 14 heures au tribunal de Paris. Un rassemblement de soutien aura lieu à 13h devant le Tribunal, 4 boulevard du Palais, métro Cité...

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire