Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Communiqués > L’Observatoire du nucléaire s’oppose à la modification de la date légale de (...)

Publié le 13 octobre 2015

L’Observatoire du nucléaire s’oppose à la modification de la date légale de chargement du réacteur EPR

Les procédures appropriées en Justice vont être lancées, y compris par rapport aux faiblesses avérées de la cuve de l’EPR

C’est dès décembre 2012 (*) que l’Observatoire du nucléaire a annoncé que la date limite prévue par l’arrêté de création du réacteur EPR de Flamanville ne serait pas respectée : le réacteur doit être chargé en combustible avant le 11 avril 2017, échéance impossible à tenir par EDF au vu du gigantesque retard pris par le chantier.

EDF croit pouvoir se sortir de cette affaire en demandant, ce jour au ministère de l’Environnement, la modification du décret de création, afin d’obtenir une nouvelle date légale de chargement en combustible. L’Observatoire du nucléaire conteste la légalité de ce tour de passe-passe et se prépare à attaquer devant les juridictions compétentes l’éventuelle modification de l’arrêté initial.

En effet, il apparaît incontournable que soient recommencés entièrement l’ensemble de la procédure administrative, en particulier l’enquête publique et le débat de la Commission nationale du Débat Public, et ce d’autant que le contexte a totalement changé depuis la signature de l’arrêté en 2007.

En effet, depuis, la catastrophe de Fukushima a commencé, Areva est en faillite, la facture de l’EPR est passée de 2,8 milliards d’euros (**) à plus de 10 milliards (il est probable que les parlementaires n’auraient pas voté la création de l’EPR si le coût réel avait été donné par EDF, qui le connaissait déjà très probablement), et de graves faiblesses ont été détectées sur la cuve de l’EPR.

A ce sujet, l’Observatoire du nucléaire prépare les procédures nécessaires pour empêcher la validation par l’Autorité de sûreté nucléaire de la cuve du réacteur EPR de Flamanville, cuve qui comporte des zones dont la résistance est notablement inférieure celle exigée par les textes (par endroits 36 Joules au lieu de 60 !)

(*) http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article40

(**) Et non pas 3 milliards comme prétendu ici ou là,
cf http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article41

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire