Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Revue de Presse > Revue de presse - Janvier 2015

Publié le 8 février 2015

Revue de presse - Janvier 2015

Justice : l’Observatoire du nucléaire atomise Areva !

Le Monde, 21 janvier 2015 : http://bit.ly/1z9jmAv
AFP, 21 janvier 2015 : http://bit.ly/1uR6puE
Rappel Charlie-Hebdo, 26 novembre 2014 : http://bit.ly/1z9jmAv
Nouvelle plainte d’Areva : http://bit.ly/1CLqoCU

Voilà ce qu’il en coûte aux multinationales téméraires qui osent s’attaquer à l’Observatoire du nucléaire : une défaite cuisante. Avis à Bolloré et ses voitures nucléaires qui, à son tour, a porté plainte contre l’Observatoire et qui subira le même sort. Non mais !
On s’amusera aussi de ce que Areva, n’apprend rien de ses échecs : non contente d’avoir été déboutée de sa plainte contre l’Observatoire du nucléaire, l’entreprise radioactive et stupide s’attaque désormais à la Coordination antinucléaire du Sud-Est, laquelle peut bien sûr compter sur la solidarité de l’Observatoire.
Note : à ce jour, nous n’avons pas encore reçu le jugement, dont le décryptage sera assurément édifiant. A suivre !

La déconfiture de la voiture électrique-nucléaire

Bluecub : un anniversaire sans fanfare
Sud-Ouest, 9 janvier 2015 : http://bit.ly/1EFsODG
La voiture électrique n’est pas écologique
France2, 5 février 2014 : http://bit.ly/1uuzdOI
Electrique Royal
Edito DNA, 5 février 2015 : http://bit.ly/1Adt5LF

Laissons la parole à Sud-Ouest : « Les études réalisées sur Autolib, dispositif similaire du groupe Bolloré à Paris, [montrent que] les voitures électriques en libre-service démotorisent un peu mais libèrent peu de places de stationnement (…) et elles favorisent le report modal à l’envers prenant des parts au vélo, aux transports en commun ou à la marche. »

Et voilà ! La voiture électrique (nucléaire, en France) n’est pas seulement aussi polluante que la voiture thermique, elle n’est pas seulement un outil de délocalisation de la pollution pour que des urbains riches paradent tout en polluant loin de chez eux : la voiture électrique fait concurrence « au vélo, aux transports en commun ou à la marche ».

Cette revue de presse étant publiée avec un peu de retard, nous nous permettons d’empiéter sur l’actualité de février en signalant l’excellent documentaire diffusé le 5 février par Envoyé Spécial sur France2, où vous pouvez voir votre Observateur préféré descendre de son mirador pour mettre la main à la pâte en débranchant à tout va des voitures nucléaires ( http://bit.ly/1uuzdOI ). Pour donner le bon exemple (à suivre) bien sûr !

Pourtant, dans toutes la France, de stupides et/ou naïfs élus continuent à offrir l’argent public au lobby automobile, au lobby nucléaire et aux gens aisés, pour financer des bonus prétendus "écologiques" et des bornes de rechargement qui seront obsolètes à peine installées. On notera tout de même, hormis la presse militante, UN (et un seul) édito intelligent sur la question, à lire dans les Dernières Nouvelles d’Alsace : http://bit.ly/1Adt5LF

EPR britannique : l’Observatoire du nucléaire va (encore) gagner !

Nucléaire : Vienne va attaquer le feu vert de Bruxelles au projet d’EPR anglais
AFP, 22 janvier 2015 : http://bit.ly/1DwLTnR
Austria to launch lawsuit over Hinkley Point C nuclear subsidies
The Guardian, 21 janvier 2015 : http://bit.ly/1zwoG78
Nucléaire : course contre la montre outre-Manche pour EDF
Les Echos, 30 janvier 2015 : http://bit.ly/1ArVRJz
EPR en Grande-Bretagne : pas d’argent pour le nucléaire !
Film explicatif : http://bit.ly/1yGLSdW

Cette fois, il n’y a pas de procès en cours mais les lecteurs fidèles de cette revue de presse savent que, depuis trois ans, l’Observatoire du nucléaire fait le pari que les deux EPR que EDF prétend construire en Grande-Bretagne ne verront en réalité jamais le jour.

Pourtant, les dirigeants d’EDF, les politiques français et britanniques (en particulier James Cameron, dont on ose espérer qu’il est corrompu, car la seule autre hypothèse est qu’il s’agit du plus stupide politicien de l’Histoire) n’ont pas ménagé leurs manoeuvres de couloir et autres félonies, sans oublier la Commission Barroso qui a validé à la sauvette, en toute foin de mandat, un accord scélérat bafouant pourtant toutes les règles européennes.

Heureusement, malgré les pressions, en s’appuyant sur sa Constitution qui rejette le nucléaire, la courageuse Autriche annonce qu’elle attaque en justice européenne l’accord EDF/Londres. Pendant ce temps, EDF tente de prendre tout le monde de vitesse, effort assurément vain : ce serait bien la première foi que l’incompétente industrie nucléaire française arriverait à ficeler « vite fait, bien fait » un dossier !

Ségolène veut des réacteurs : tant va la cruche à l’eau (non mais à l’eau !)

Ségolène Royal : "Il faut bâtir de nouvelles centrales nucléaires"
Usine nouvelle, 13 janvier 2015 : http://bit.ly/1z4gaMA
L’effet d’annonce de Royal encore plus risible que celui de Sarkozy en 2008
Observatoire du nucléaire, 14 janvier 2015 : http://bit.ly/16lwsUC

Ségolène Royal est une cruche, et même une méchante cruche : elle, qui veut envoyer les ados turbulents se faire « redresser » dans des camps militaire, prétend par contre que l’écologie ne doit pas être « punitive ». Pour elle, il est donc hors de question d’avoir avec les pollueurs la même sévérité qu’avec les jeunes !

Non contente de soutenir la voiture atomique et ses grands-prêtres Carlos Goshn (Renault) et Bolloré (Bolloré !), voilà qu’elle veut aussi de nouveaux réacteurs nucléaires. Mais c’est du bla-bla : l’Observatoire du nucléaire a exhumé une déclaration aussi stupide et vaine faite par Sarkozy en 2008 : les réacteurs annoncés avec fracas n’ont pas même été ms à l’étude.

Il faut dire que les multinationales EDF et Areva sont si nulles qu’elles n’arrivent même pas à construire leur propre EPR (respectivement à Flamanville et en Finlande). Sans parler du coût explosif d’un tel monstre : plus de 10 milliards au lieu des 2,8 annoncés au départ. Alors, avant d’imaginer qu’elles puissent en construire plusieurs relève de la farce...

Fessenheim : la mascarade continue...

Comment EDF veut sauver Fessenheim
Bfm, 30 janvier 2015 : http://bit.ly/1C0seNy
L’Allemagne interpelle Ségolène Royal sur la fermeture de Fessenheim
Usine nouvelle, 19 janvier 2015 : http://bit.ly/1vskh4h

Les Allemands sont loin d’être parfaits mais ils ont eu au moins une bonne idée juste après Fukushima : fermer définitivement 8 réacteurs d’un coup, et programmer l’arrêt des 9 restants. De fait, et on les comprend, ils aimeraient bien que le dénommé François Hollande respecte sa promesse de fermer la centrale de Fessenheim, située à quelques centaines de mètres de la Germanie.

Avouez que ce serait ballot pour les Allemands d’avoir fermé leurs propres centrales... et d’être « Fukushimés » par un réacteur français ! Pour peu que le vent pousse vers l’Est, et en l’absence d’une frontière imperméable à la radioactivité - les Allemands ne disposant pas d’un Pr Pellerin, les pauvres ! (cf http://bit.ly/1reV9F3 ) - ce serait le désastre.

Hélas, Hollande noie le poisson et EDF cherche à des subterfuges pour sauver la centrale de Fessenheim, ou au moins un de ses deux réacteurs. La réalisation de la promesse hollandaise (fermeture de Fessenheim avant fin 2016) semble de plus en plus improbable...

Enfouir les déchets : une affaire de clowns (maléfiques) !

La mémoire du nucléaire
Le JDD, 25 janvier 2015 : http://bit.ly/1KaTvi1
Rappel : catastrophe dans le site d’enfouissement du Wipp
Depuis 2014 : http://bit.ly/15YFIOW et http://bit.ly/1Es0l4f
Lepage : « Sur le plan éthique 
le projet de Bure est terrifiant »
Journal de la Haute-Marne, 22 janvier 2015 : http://bit.ly/1yQFKmL
Page spéciale du CEDRA : http://bit.ly/1z9u5ei
Déchets nucléaires : la quête d’un « dépotoir » se poursuit
Radio-Canada, 22 janvier 2015 : http://bit.ly/1z7AHPf

Il y a quelques mois, des « clowns maléfiques » inquiétaient les braves citoyens et remplaçaient le grand méchant loup dans les angoisse des enfants. Cette étrange mode semble passée... sauf concernant le nucléaire bien sûr, et en particulier chez l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

C’est ainsi que des plaisantins (grassement rémunérés pourtant) planchent sur la façon de faire savoir aux générations futures que des lâches vivant au 21ème siècle auront enfouis de dangereux déchets radioactifs. Comment parler à des gens qui auront probablement d’autres technologies, d’autres langues ?

Ces plaisantins, de véritables clowns maléfiques, veulent laisser des messages sur des disques en saphir ou autres inepties. Autre technologie de pointe envisagée, graver des messages dans la pierre : bigre, quelle inventivité, quel génie ! On nous donne d’ailleurs en exemple les Américains qui auraient choisi cette option "hiéroglyphique" pour le site d’enfouissement Waste Isolation Pilot Plant (WIPP).

Or, vous le savez si vous nous lisez régulièrement, un accident nucléaire souterrain a lieu depuis des mois dans ce site (cf http://bit.ly/PPsMTy ) ! Il serait déjà bien d’informer sur le drame qui les menace les gens qui vivent aujourd’hui, avant de faire des clowneries prétendues s’adresser à nos descendants !

En France, l’excellente association CEDRA a organisé sur la question de l’enfouissement une soirée à succès avec Mme Lepage comme invitée, tandis que le Canada cherche désespérément un endroit pour enfouir ses cochonneries radioactives. Incroyable : personne n’est volontaire pour recevoir ce cadeau empoisonné !

Contre l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (et ailleurs)

À Bure, une fleur de résistance s’épanouit contre les déchets nucléaires
Reporterre, 21 janvier 2015 : http://bit.ly/1F5ayRP
Bure : un doc actif contre un stock radioactif
L’âge de faire, 18 janvier 2015 : http://bit.ly/1C0mhjC
Bure Haleurs : https://burehaleurs.wordpress.com
Concert en « live » : http://bit.ly/1927oDS

Chouette reportage de Reporterre à la « Maison de la résistance à la poubelle nucléaire » à Bure.
Nous notons aussi qu’un film documentaire vient d’être réalisé sur le sujet.
Nous vous conseillons enfin la musique endiablée des excellents Bure Haleurs !

Démantèlement : le nucléaire est une énergie de lâches

La déconstruction de Superphénix « avance »
Le Dauphiné, 29 janvier 2015 : http://bit.ly/1yQF0Oz
Qui démantèlera le site nucléaire de Sellafield ?
Courrier International, 26 janvier 2015 : http://bit.ly/1uvJJ2I

Le nucléaire est une énergie de lâches : produire et vendre de l’électricité, empocher la monnaie... et laisser les autres assumer les conséquences de cette industrie malfaisante : déchets radioactifs, centrales à démanteler, factures incommensurables, pays irradiés...

L’exemple du démantèlement de Superphénix est édifiant : « La directrice du site a fièrement annoncé que 55% de la déconstruction avaient été accomplis ». Ce réacteur a été définitivement arrêté en 1997, et 18 ans plus tard, il faudrait se réjouir qu’il en reste encore 45% à démanteler, ce qui va prendre 10 ou 15 ou 20 ans de plus !

Et que dire des irresponsables qui ont décidé au milieu des années 70 la création de ce monstre ? Comment demander des comptes à des vieillards séniles comme Chirac, Barre, Boiteux (grand ordonnateur du nucléaire à EDF) ou même à des morts comme Monory ?

En Grande-Bretagne, c’est le fameux site de Sellafield qui est dans la panade. Nous avons dernièrement signalé les photos saisissantes publiées par The Guardian ( rappel : http://bit.ly/1p3o1pP ) qui montrent l’état dramatique de ce site dont le démantèlement a été confié à un consortium emmené par... Areva.

Mais les autorités britanniques, pourtant fort peu lucides, ont fini par se rendre compte de l’incompétence totale de l’industrie nucléaire française et a résilié le contrat. Mais, c’est de toute façon l’argent public qui va couvrir les factures incommensurables qui s’annoncent. La Grande-Bretagne n’a pas d’argent pour l’éducation ou la santé, mais elle en trouve toujours à offrir au lobby atomique...

La « drones de guerre » continue !

Deux drones ont survolé la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine
AFP, 4 janvier 2014 : http://bit.ly/1Es0l4f
« C’est un ovni, pas un drone » qui a survolé la centrale nucléaire
Sud-Ouest, 22 janvier 2015 : http://bit.ly/1A2kM6b
Des drones au-dessus d’une base de sous-marins nucléaires français
France-Soir, 29 janvier 2015 : http://bit.ly/1y9EEPl
Au total, 17 sites nucléaires ont été survolés par des drones depuis octobre
Le Monde, 29 janvier 2015 : http://bit.ly/1DceLBz

C’est devenu d’une grand banalité : des drones survolent impunément les centrales nucléaires françaises. Les autorités assurent qu’il n’y a aucun danger, en attendant qu’un drone armé fasse un carton. Quant au directeur de la centrale nucléaire du Blayais, il estime lui que ce ne sont pas des drones mais des OVNIs ! Aux dernières nouvelles, il est toujours en poste...

L’Autorité de sûreté nucléaire souffle le chaud et l’effroi !

Nucléaire : l’ASN déplore des manques législatifs et humains
JDE, 20 janvier 2015 : http://bit.ly/1BU23p6
ASN : « De nouveaux réacteurs sont préférables à des réacteurs prolongés »
LeMonde, 20 janvier 2015 : http://bit.ly/16lDpVJ
Nucléaire : l’ASN menace de reporter l’étude de certains dossiers
Actu-envir, 20 janvier 2015 : http://bit.ly/18MJFY7

En grande majorité, les réacteurs nucléaires français ont atteint 30 ans d’âge et s’approchent pour certain des 40 ans. L’Autorité de sûreté (ASN) ne sait plus où donner de la tête, elle est censée expertiser ces réacteurs pour dire si oui ou non ils peuvent continuer à fonctionner, et estime manquer cruellement d’ingénieurs pour mener à bien toutes ces missions.

Du coup, l’ASN menace de reporter l’étude de certains dossiers (ce qui pourrait entraîner la fermeture provisoire de réacteurs, le temps de venir les inspecter). Mais il existe bien une solution selon le directeur de l’ASN : « De nouveaux réacteurs sont préférables à des réacteurs prolongés ». Ben voyons !

Et on nous assure que l’ASN est « indépendante » et n’est pas à la solde du lobby atomique ! Heureusement, comme déjà vu, EDF et Areva sont incapables de construire de nouveaux réacteurs, ouf !


Le nucléaire donne le cancer

Non, le cancer n’est pas le fruit du hasard
Le Monde, 7 janvier 2015 : http://bit.ly/1Ai72Vh

En ces premiers jours de 2015, les médias ont diffusé le message selon lequel le cancer serait essentiellement le fruit du hasard. Heureusement, la vérité est rétablie par la compétente et courageuse Annie Thébaud-Mony : sociologue, directrice de recherches honoraire à l’INSERM, chercheuse associée au Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers professionnels (GISCOP 93) à l’université Paris XIII, elle sait de quoi elle parle. Oui, bien sûr, le nucléaire, la chimie, l’amiante et autres horreurs donnent le cancer. Existe-t-il encore des imbéciles pour en douter ?

La litanie des désastres de l’industrie nucléaire en France et ailleurs

Grande-Bretagne : le gouvernement prive Areva d’un gros contrat de démantèlement
AFP, 13 janvier 2015 : http://bit.ly/1zeu3qc
Le propriétaire de l’EPR finlandais dans la tourmente
JDEnergie, 13 janvier 2015 : http://bit.ly/1C0hIps
Areva prévoit de supprimer 500 postes d’ici cinq ans à La Hague
Le Parisien, 23 janvier 2015 : http://bit.ly/1HZeM2w
EPR de Flamanville : la CGT doute qu’il démarre en 2017
AFP, 27 janvier 2015 : http://bit.ly/1DdcrN1

Nous avons vu plus haut que les autorités britanniques ont enfin compris qu’il valait mieux retirer à Areva le marché du démantèlement du site de Sellafield. Quant aux Finlandais qui ont acheté à Areva en 2005 un EPR qui devait entrer en service en 2009, ils attendent toujours et sont dans une sacré panade : bien fait pour eux !

En France, Areva va supprimer 500 postes à l’usine de La Hague : encore un effort, il en reste 2000 !
Et c’est carrément la CGT-énergie, pourtant complice des PDG du nucléaire (qui en retour ont couvert les détournements financiers massifs opérés par la CGT dans les caisses du Comité d’entreprise EDF), qui doutent que l’EPR de Flamanville entre en service en 2017. Pour mémoire, il devait fonctionner dès 2012 !

Conclusion de ces quelques exemples parmi tant d’autre : non, nous n’exagérons pas lorsque nous faisons savoir que l’industrie nucléaire est nulle, minable, dangereuse et incompétente.

Les autorités japonaises veulent oublier Fukushima

Japon : accidents mortels à Fukushima, les promesses non tenues de Tepco
RFI, 20 janvier 2015 : http://rfi.my/1z1AlGc
Nucléaire au Japon : la réforme du système de régulation et le processus de relance des réacteurs
Hebdo.ch (Suisse), 27 janvier 2015 : http://bit.ly/1z1zW6L
Trente Haïjins contre le nucléaire
Editions Pippa, 31 janvier 2015 : http://bit.ly/1KGwy6w

Au Japon, la catastrophe de Fukushima bat son plein : rappelons qu’elle n’en est qu’à son début, même si elle ne revient dans l’actualité qu’une fois par an, à la date « anniversaire » de son commencement. Outre la radioactivité, qui va tuer des dizaines de milliers de Japonais dans les décennies à venir, des ouvriers meurent régulièrement sur le site de la centrale accidentée.

L’exploitant Tepco a promis de faire attention aux conditions de travail, mais les industriels du nucléaire ne savant que mentir et tuer (sans jamais aller en prison). Pas de quoi stopper le premier ministre ultra-nationaliste Shinzo Abe qui veut que les réacteurs redémarrent coûte que coûte, malgré l’opposition frontale de la population.

Alors que le Japon fonctionne depuis un an et demi avec 0% de nucléaire, il se pourrait donc que deux réacteurs soient relancés courant 2015. Il est vrai qu’il reste encore des japonais à irradier.

En attendant, la société civile japonaise proteste et les poètes s’expriment : coordonnés par l’excellent Laurent « Seegan » Mabesoone, voici un recueil de “Haikus" contre le nucléaire que nous vous conseillons... avant même de l’avoir lu !

Iter-minable n’en finit pas de se déliter

ITER (fusion nucléaire) , un projet « en plein malaise et pouvant dériver hors de tout contrôle »
Traduction janvier 2015 : http://bit.ly/1zMtrdI
Rappel blague anti-Iter : http://reacteur.iter.free.fr/manif.htm

Omerta en France sur un des pires désastres de l’industrie nucléaire, le projet Iter consacré à la fusion nucléaire. Il faut dire que, sous Chirac, la France avait fait des pieds et des mains, accordé de ruineuses compensations à divers autres pays, et engagé dramatiquement les finances publiques (de l’État et de la Région paca) pour des décennies pour avoir la « chance » d’accueillir ce prétendu « soleil mis en bouteille ».

Déjà à l’époque, des citoyens lucides dénonçaient une folie et annonçaient sa totale déconfiture. Toujours blagueur, votre Observateur préféré avait, avec quelques amis, mis la main sur la maquette d’Iter à l’occasion d’un pseudo « débat public », avant que la police n’intervienne récupérer l’objet du délire (cf http://reacteur.iter.free.fr/manif.htm ).

Aujourd’hui, le désastre annoncé est au rendez-vous, mais personne n’en parle. Il faut donc remercier Antoine Calandra (« complice » à l’époque dans l’affaire de la maquette !) d’avoir débusqué dans The Newyorker une enquête qui révèle l’ampleur du désastre et de l’avoir traduite en français.

A lire absolument ( http://bit.ly/1zMtrdI ) pour rire - merci encore aux plaisantins de l’industrie nucléaire - et pleurer en pensant aux dizaines de milliards gaspillés et à la forêt domaniale massacrée en Provence, sans oublier l’itinéraire « grand gabarit qui défigure la région pour l’acheminement des pièces gigantesques du « machin »...

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire