Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Communiqués > Démantèlement reporté "de plusieurs décennies" : les dirigeants d’EDF veulent (...)

Publié le 2 juin 2016

Démantèlement reporté "de plusieurs décennies" : les dirigeants d’EDF veulent renvoyer les problèmes à… après leur mort !

En annonçant ce jour que EDF entend "décaler de plusieurs décennies" le démantèlement de ses réacteurs nucléaires, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) se fait la porte-parole des dirigeants d’EDF qui, de toute évidence, n’ont pas le courage d’annoncer eux-mêmes la lâcheté de leurs décisions.

En effet, décaler de plusieurs décennies le démantèlement des réacteurs de première génération, ce qui implique d’ailleurs que ce sera aussi le cas pour les réacteurs actuels, revient à laisser ce terrible fardeau aux générations suivantes.

Depuis le début de l’ère nucléaire, les citoyens opposés à l’atome ont dénoncé cette industrie qui ne cesse de reporter dans le temps les problèmes insolubles qu’elle génère, comme ceux des déchets radioactifs et des réacteurs à démanteler.

Les quelques bénéficiaires de cette industrie malfaisante - alors que la quasi totalité de la population en est victime - veulent désormais aller jusqu’au bout de leur stratégie de défilement : reporter les problèmes… au delà de leur propre mort, afin de ne pas avoir à assumer la lâcheté de leurs actes.

Il est encore temps pour la population française de reprendre sa destinée en main et, sur le modèle des tribunaux de "justice et vérité", de faire comparaître les dirigeants successifs de cette industrie malfaisante et les politiciens qui les ont mis en place (à moins que ce ne soit l’inverse).

Enfin, si cela était encore nécessaire, cet aveu de lâcheté démontre qu’il est impensable de construire de nouveaux réacteurs nucléaires et que, en particulier, l’EPR de Flamanville ne doit jamais être mis en service.

En effet, le démantèlement d’un réacteur qui n’a jamais fonctionné, et qui n’est donc pas radioactif, est immensément moins problématique. Il peut même être conservé par exemple pour en faire un mémorial des ravages du nucléaire comme il en existe pour divers crimes et guerres.

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire