Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Revue de Presse > Revue de presse - Août/Septembre/Octobre 2016

Publié le 5 novembre 2016

Revue de presse - Août/Septembre/Octobre 2016

- 
L’incroyable scandale des falsifications dans l’industrie nucléaire française

“- Tu vois une malfaçon toi ? - Non, en regardant par terre c'est bon”
“- Tu vois une malfaçon toi ? - Non, en regardant par terre c’est bon”

- 
55% des réacteurs nucléaires français seraient défectueux
L’Obs, 28 septembre 2016 : http://bit.ly/2eyHaMA
.
Nucléaire/anomalies au Creusot : Areva va examiner tous les dossiers de fabrication
AFP, 13 octobre 2016 : http://www.romandie.com/news/744419.rom
.
Nucléaire : les méthodes de contrôle sont-elles à revoir ?
AFP, 26 octobre 2016 : http://www.romandie.com/news/747922.rom
.
A Flamanville, l’Autorité de sûreté nucléaire est dans la main d’EDF
Médiapart, 18 octobre 2016 : http://bit.ly/2fcNKd8

Falsifications au Creusot : l’Autorité de sûreté nucléaire fait partie des coupables
Observatoire du nucléaire, 26 octobre 2016 : http://bit.ly/2f9kJ1J

- 

Tout ça pour ça ! Depuis des décennies, les dirigeants industriels et politiques, soutenus par la majorité des journalistes spécialisés dans l’énergie, nous ont vanté jusqu’à plus soif une industrie nucléaire française « à la pointe de la technologie », surveillée par l’Autorité de sûreté « la plus compétente et la plus intransigeante du monde ».

En réalité, il s’agit d’une clique d’escrocs de bas étages, « surveillés » par des gens qui n’ont rien vu (ou pire : rien dit) depuis 1965 ! Résultat, des centaines de pièces nucléaires défaillantes, couvertes par des certificats de sûreté falsifiés, sont en place dans de nombreux réacteurs nucléaires en France et à l’étranger.

Aux dernières nouvelles, Areva va même rouvrir tous les dossiers de fabrications... depuis 1943 ! Il ne nous étonnerait pas que l’on y trouve des preuves de collaboration avec l’occupant.

Mais le plus stupéfiant est que cette affaire, qui est probablement un des pires scandales industriels de tous les temps sur la planète, ne fait pas la Une des JT de 20h tous les soirs. Bien au contraire, elle est évacuée de façon épisodique en quelques secondes entre la météo et le tiercé.

On admirera aussi la science du déminage de l’AFP qui se demande audacieusement si « les méthodes de contrôle sont à revoir » et, prudemment, répond elle-même de façon parfaitement lénifiante. De même, l’AFP a fait largement savoir que la si « intransigeante » Autorité de sûreté nucléaire avait saisi la justice. En vérité, il s’agit d’un simple signalement au procureur, l’AFP oubliant curieusement de rappeler que l’Observatoire du nucléaire a, lui, porté plainte contre Areva mais aussi ses complices parmi lesquels, que ce soit par incompétence ou par tricherie, on compte l’Autorité de sûreté nucléaire.

Une enquête de l’excellente Pascale Pascariello montre d’ailleurs comment la direction de l’ASN tente de sauver la mise d’EDF sur la chantier catastrophique de l’EPR de Flamanville, au détriment des travailleurs et même des inspecteurs de sûreté qui tentent de faire correctement leur travail : qui peut encore croire que cette ASN s’opposera à l’utilisation de la cuve (pourtant défaillante) de l’EPR ?

- 
Falsifications : déjà quelques menues conséquences...
- 

Nucléaire : pourquoi EDF enchaîne les arrêts forcés
Les Échos, 9 septembre 2016 : http://bit.ly/2cr6yXT
.
Forcé de ralentir sur le nucléaire, EDF abaisse ses ambitions
Les Échos, 22 septembre 2016 : http://bit.ly/2ejyYCj
.
Drôme : arrêt forcé pour deux réacteurs nucléaires de Tricastin
Midi Libre, 25 septembre 2016 : http://bit.ly/2dYVDoW
.
Électricité : la production nucléaire en France au plus bas en 18 ans en septembre
AFP, 18 octobre 2016 : http://www.romandie.com/news/745601.rom
.
Nucléaire : EDF va étaler la fermeture temporaire de cinq réacteurs jusqu’à la mi-janvier
AFP, 21 octobre 2016 :http://www.romandie.com/news/746499.rom

Le parc nucléaire d'EDF est en état de délabrement avancé
Le parc nucléaire d’EDF est en état de délabrement avancé

- 

Au fil des révélations sur le nombre et la « qualité » des pièces nucléaires mal réalisées par Areva au Creusot mais aussi par le japonais JCFC (voir plus bas), l’ASN est bien obligée de se pencher sur le cas des réacteurs concernés et, dans l’attente de vérifications, en interdire la remise en service.

Du coup, si on ajoute les arrêts pour maintenance ordinaire et ceux causés par des accidents (comme la chute d’un générateur de vapeur de 500 tonnes dans un réacteur de Paluel), ce sont plus de 20 réacteurs sur 58 qui sont à l’arrêt à l’entrée de l’hiver. Les dirigeants d’EDF prient pour que le froid épargne la France et lui évite de mendier de l’électricité à ses voisins : ce serait l’humiliation suprême pour le « royaume de l’atome ».

Peut-on déduire de cette situation que, finalement, l’ASN se fait enfin respecter ? Hélas non : c’est EDF qui décide du calendrier d’arrêt de réacteurs qui doivent subir des vérifications. Pourtant, ils devraient être immédiatement stoppés, puisque dotés de pièces défaillantes susceptibles à chaque instant de causer un accident nucléaire. Mais non : l’ASN se soumet aux exigences d’EDF. On peut d’ailleurs prévoir que ces fameuses pièces seront déclarées bonnes pour le service par l’ASN.. sur décision d’EDF !

- 
Cuves nucléaires défaillantes : les Japonais aussi !
- 

Japon : les cuves de 13 réacteurs nucléaires viennent en partie du même fabricant que Flamanville
AFP, 5 septembre 2016 : http://f24.my/2dYD0Bt

- 

Les réacteurs de Sendai on redémarré avec leurs cuves mitées...
Les réacteurs de Sendai on redémarré avec leurs cuves mitées...

Les Français en sont pas les seuls à avoir été assommés pendant des décennies de déclarations aussi tonitruantes que mensongères sur le nucléaire : les Japonais aussi ont subi cette désinformation avant que le drame de Fukushima ne vienne subitement rétablir la vérité.

Oui, comme en France, l’industrie nucléaire du Japon se caractérise par l’incompétence, le mensonge, la dissimulation, le déni. D’ailleurs, outre la catastrophe en cours depuis le 11 mars 2011, on apprend que les nucléocrates nippons sont eux aussi – comme de vulgaires français – producteurs de pièces nucléaires mal usinées.

Par exemple, Japan Casting & Forging Corp (JCFC) a aidé Areva à louper la cuve de l’EPR de Flamanville, mais a aussi sévi à domicile : JCFC est le fabricant défaillant de la partie inférieure de la cuve ou du couvercle de 13 réacteurs nucléaires japonais, parmi lesquels ceux de Sendai 1 et 2, deux des trois réacteurs actuellement en service.

De toute évidence, craignant de voir sous peu les Français égaliser à une catastrophe partout, les nucléocrates japonais tentent de s’offrir un second Fukushima, histoire d’avoir toujours un coup d’avance...

- 
Projet de deux EPR à Hinkley Point : préparation d’une Bérézina
- 

EDF à pile ou face
Le Monde, Edito, 1er août 2016 : http://bit.ly/2f7T1SV
.
EDF savait que Londres demanderait un délai sur Hinkley Point
Reuters, 3 août 2016 : http://bit.ly/2f87uOZ
.
Hinkley Point : le PDG d’EDF va attaquer Sud Energie en justice
Les Echos, 6 août 2016 : http://bit.ly/2apxJBf
.
Hinkley Point : une décision de poursuite du projet qui, à ce stade, appelle des réserves
Parti « socialiste », 8 août 2016 : http://bit.ly/2fzHAqe
.
Bouygues et Vallourec en conflit d’intérêts avec EDF sur Hinkley Point ?
Boursier.com, 11 août 2016 : http://bit.ly/2eWKEcb

- 

EDF tentant d'aller construire des EPR en Grande-Bretagne...
EDF tentant d’aller construire des EPR en Grande-Bretagne...

Areva est en faillite, EDF au plus mal, les chantiers EPR de Finlande et de Flamanville sans fin, le scandale des pièces falsifiées bat son plein : pas de quoi faire naître le moindre doute dans le cerveau formaté du PDG d’EDF : plus ça va mal, plus il s’entête.

C’est ainsi que M Lévy a obtenu à l’arrachée l’accord du CA d’EDF pour lancer le projet de deux EPR à Hinkley Point en Grande-Bretagne. Pour ce faire, il a soigneusement caché des informations aux votants, et attaque ensuite en justice le Syndicat Sud Energie qui a eu le malheur de protester.

M Lévy n’a que faire des conséquences des désastres qu’il programme : ce n’est pas avec son argent qu’il joue mais avec le notre, et il sera de toute façon à la retraite (parachute) lorsque tout s’effondrera. Il faudra alors aller le chercher, saisir ses biens et lui infliger la pire des tortures : le mettre au travail, par exemple aller relever les compteurs EDF chez les usagers (du moins ceux qui auront eu le courage de refuser les compteurs malfaisants Linky).

Mais revenons à nos moutons irradiés : l’affaire d’ Hinkley Point est tellement fumeuse que même le parti socialiste s’en émeut, c’est dire (son encéphalogramme ne serait donc pas tout à fait plat ?). Par ailleurs, parmi les zozos du CA d’EDF qui ont voté pour le projet, on s’aperçoit que certains étaient juges et parties, comme la regrettable Colette Lewiner, de Cap Gemini, complice (grassement achetée) d’EDF dans tous les mauvais coups.

- 
Projet de deux EPR à Hinkley Point : attention aux chinoiseries
- 

La Chine menace la Grande-Bretagne en cas d’annulation de HP
China warns UK over £18bn nuclear power deal
Financial Times, 9 août 2016 : http://on.ft.com/2b3VGOU
.
Les patrons britanniques contre les EPR d’Hinkley Point
Business chiefs attack UK government failure to secure energy supply
The Guardian, 19 août 2016 : http://bit.ly/2fdfPzm

- 

Hinkley Point : Theresa May convoquée à Canossa par le Président de la dictature chinoise
Hinkley Point : Theresa May convoquée à Canossa par le Président de la dictature chinoise

Theresa May est la grande gagnante du Brexit : sa carrière politique en a été subitement accélérée puisque la voilà Premier ministre de la Grande-Bretagne. Au coeur de l’été, alors que la dame prétendue « de fer » s’interroge sur la pertinence du projet de deux EPR à Hinkley Point, le Président chinois la menace à mots à peine couverts de lourdes représailles en cas d’annulation du projet.

Pour mémoire, comme expliqué lors de notre précédente publication, les Chinois ont obtenu d’incroyables contreparties en échange du financement partiel des deux EPR : ils n’auront rien à payer dans le cas (plus que probable) de dérive du chantier, et ils pourront construire en Grande-Bretagne un réacteur 100 % chinois.

Malgré l’évidence, et alors que même les patrons britanniques se prononcent contre Hinkley Point, Thérésa May ne fait pas ce qui lui plait et n’est pas plus d’acier que de fer : elle s’apprête à obéir au « parrain » Xi Jimping, grand chef de la Chine qui est, on aurait tendance à l’oublier, aujourd’hui autant qu’hier une dictature.

- 
Projet de deux EPR à Hinkley Point : en route pour la Bérézina
- 

Hinkley Point : Londres ne pouvait pas dire « non » à Pékin
Les Echos, 15 septembre 2016 : http://bit.ly/2f9ids9
.
Hinkley Point : le feu vert britannique ne résout… presque rien
La Tribune, 15 septembre 2016 : http://bit.ly/2ccCAqf
.
Hinkley Point : Standard & Poor’s a abaissé la note à long terme d’EDF
Cerclefinance, 21 septembre 2016 : http://bit.ly/2f6c4iO

- 

Comme le précise bien le quotidien les Echos, «  Londres ne pouvait pas dire « non » à Pékin  ». Tout ce petit monde sait bien que l’EPR est une calamité mais de toute façon c’est EDF (c’est à dire les Français) et les citoyens britanniques qui paieront.

Cependant, nous maintenons que ces réacteurs ne seront jamais mis en service. Il est désormais plausible que leur chantier soit commencé, que des milliards soient ainsi à nouveau gaspillés, mais l’affaire sera inévitablement abandonnée en cours de route, pour diverses raisons.

D’abord, on ne voit pas comment EDF arriverait à construire un EPR (encore moins deux) alors que les chantiers de Finlande et de Flamanville montrent que ce « machin » est tout simplement inconstructible. De plus, EDF fera probablement faillite entre temps, plombé par ce chantier ruineux et par le délabrement du parc nucléaire français.

D’autre part, le prix du nucléaire augmentant de façon exponentielle, pendant que celui des énergies renouvelables baisse tout aussi rapidement, la stupidité du projet de construire des EPR sera de moins en moins défendable au fil des ans et amènera les successeurs de Mme May à arrêter les frais.

En attendant, les agences de notation dégradent la note d’EDF qui court à grande enjambées vers la faillite, emmenés par son capitaine de pédalo, Jean-Bernard Lévy, qui rêve de rejoindre Anne Lauvergeon au rang des PDG « historiques » dans le nucléaire...

- 
Ce nucléaire « que le monde entier nous envie »…
- 

La centrale nucléaire ressemblait à une porcherie
Le Canard enchaîné, 31 août 2016 : http://bit.ly/2eXs43D
.
Conflit sur l’EPR finlandais : TVO assigne Areva en justice
AFP, 27 septembre 2016 : http://www.romandie.com/news/740029.rom
.
Chine : des milliers de manifestants contre un projet nucléaire sino-français
AFP, 8 août 2016 : http://www.romandie.com/news/727030.rom
.
Des milliers de manifestants à Flamanville contre l’EPR et le nucléaire
Ouest-France, 1er octobre 2016 : http://bit.ly/2fcFsSJ

- 

Nucléaire : la France fière de montrer l'exemple...
Nucléaire : la France fière de montrer l’exemple...

Quelques éléments complémentaires sur « ce nucléaire que le monde entier nous envie », paraît-il. Si envié que les Finlandais n’en finissent plus de nous maudire et de nous attaquer en justice : leur EPR devait entrer en service en 2009, on est 7 ans plus tard et personne ne voit le bout du chantier...

Mieux : alors qu’il est peu recommandé de manifester dans la dictature chinoise, la population a le courage de se révolter contre un projet d’usine d’Areva. En France aussi on manifeste, à Flamanville, contre le réacteur EPR et le nucléaire en général. Pas très loin, dans le Loiret, la centrale de Dampierre est aussi bien tenue qu’une porcherie, industrielle cela va sans dire.

- 
… et ces renouvelables qui gagnent partout ailleurs
- 

Énergies renouvelables : le retard français
Sciences et avenir, 24 août 2016 : http://bit.ly/2fqIZQx
.
L’Allemagne bat des records pour les énergies renouvelables, la France l’ignore
Rappel - Consoglobe, 3 mars 2016 : http://bit.ly/2eiXN19
.
La plus grande usine marémotrice du monde a été construite en Écosse
Consoglobe, 14 septembre 2016 : http://bit.ly/2dYR65L

- 

Pendant que la France nucléaire s’enfonce dans la fange, les renouvelables avancent à pas de géant partout (sauf en France bien sûr). Ce n’est bien sûr pas sans poser question sur le plan de la fuite en avant vers une consommation toujours plus effrénée, mais le fait est que le nucléaire n’est plus considéré comme une réponse, même par les industriels les moins scrupuleux.

- 
La méthode Coué sauvera-t-elle l’industrie nucléaire ?
- 

Selon l’AIEA, le parc nucléaire mondial va croître jusqu’en 2030 au moins
AFP, 23 septembre 2016 : http://www.romandie.com/news/738990.rom

Le nucléaire en recul à l’échelle mondiale
Bilan.ch, 21 octobre 2016 : http://bit.ly/2ee4lRq
.
Japon - Un antinucléaire à la tête de la région de la plus grande centrale nucléaire du monde
Observatoire du nucléaire, 17 octobre 2016 : http://bit.ly/2ecDFup

- 

Ryuichi Yoneyama : un antinucléaire élu gouverneur d'une grande région japonaise !
Ryuichi Yoneyama : un antinucléaire élu gouverneur d’une grande région japonaise !

Désespérés, les nucléocrates tentent encore d’y croire. Ne craignant pas le ridicule, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) prédit que, d’ici 2030, le parc nucléaire mondial progressera entre 1,9 % et 56 %. Lors de sa précédente prophétie, l’AIEA donnait une fourchette allant de 2,4 % à 68 %, on admirera la précision au dixième.

En réalité, comme rappelé par un site web suisse se basant sur l’excellent rapport annuel worldnuclearreport.org, le nucléaire est en déclin rapide et irréversible. Sa part dans la production mondiale d’électricité s’est effondrée de 17,1 % en 2001 à 10 % aujourd’hui, et cette chute vertigineuse se poursuit implacablement.

Le nucléaire va mourir, c’est acquis, la seule question est de savoir s’il nous entraînera avec lui dans les ténèbres. C’est déjà une certitude financièrement, mais les nucléocrates ont aussi pour ambition finale de nous tuer tous.

Raison de plus pour ne pas les laisser faire, et c’est avec un grand plaisir que nous notons l’élection par les japonais d’un gouverneur antinucléaire à la tête de la région où se trouve la plus grande centrale nucléaire du monde, celle de Kashiwasaki. Or, l’aval du gouverneur est indispensable pour relancer les réacteurs arrêtés suite au désastre de Fuikushima. Et l’on connaît déjà la réponse de ce courageux personnage : NON !

- 
Cigéo / Bure : les gentils (corrompus) et les méchants (zadistes)
- 

Déchets nucléaires : l’État face au risque « zadiste »
Les Echos, 12 août 2016 : http://bit.ly/2evtguG
.
À Bure, les antinucléaires sont prêts au combat
Le Figaro, 2 août 2016 : http://bit.ly/2fctDdg
.
La lutte antinucléaire de passage dans l’Aube
Est-Eclair, 30 juillet 2016 : http://bit.ly/2f4BBJl
.
Bure : l’Andra admet « une erreur d’appréciation »
Est Républicain, 6 août 2016 : http://bit.ly/2fpYd8z
.
Bure : l’ancien élu et le nouveau critiquent
Est Républicain, 8 septembre 2016 : http://bit.ly/2eQykNd

- 

L’industrie nucléaire veut se débarrasser de ses déchets radioactifs comme on met la poussière sous le tapis : on creuse un trou, on rebouche et le tour est joué. Mais voilà, de nombreux habitants ne sont pas disposés à laisser commettre ce véritable crime contre la planète et les générations futures.

Alors la presse « indépendante » (Le Figaro, Les Echos) sonne l’alarme et dénonce les méchants zadistes et autres manifestants « prêts au combat ». Il s’agit en réalité de dignes et courageux humains aimant leur région, leur planète, la musique, la joie de vivre ...

Face à ces « méchants », de curieux « gentils » comme l’Andra, sanctionnée en justice pour avoir déboisé illégalement. Et des élus qui, au final, reconnaissent avoir soutenu Cigéo parce qu’ils ont cru aux promesses mirobolantes qui leur ont été faites. Reste à savoir s’ils regrettent leur trahison et simplement de ne pas avoir touché le pactole promis...

- 
Bure : le mur de la honte abattu par les résistants
- 

A Bure, la chute d’un symbole
Est Républicain, 14 août 2016 : http://bit.ly/2fAjECY
.
Video de la chute du mur de la honte : http://bit.ly/2dYpbmk
.
Bure : l’Andra dépose deux plaintes après la démolition de son mur
Est Républicain, 17 août 2016 : http://bit.ly/2eiOuy9
.
Beau comme un mur qui tombe
Camp VMC, 18 août 2016 : http://bit.ly/2evtvWB

- 

Les antinucléaires abattent les murs et libèrent la planète...
Les antinucléaires abattent les murs et libèrent la planète...

« Ils reviendront ! », avait prédit il y a un an Stéphane Martin, le maire de Gondrecourt-le-Château, un grand « démocrate » disposé à se laisser acheter par l’Andra. « Ils », ce sont ces fameux zadistes, jeunes, manifestants.

Eh bien oui, ils sont revenus et ils ont bien agi, mettant à bas le mur de la honte, ce mur illégale et immoral construit par l’Andra pour commettre ses forfaits à l’abri des regards. Comme son grand frère de Berlin, ce mur est lui aussi tombé, et rien n’est plus succulent que de regarder les images de cette belle action.

- 
Les « cochonneries » de l’industrie nucléaire (civile et militaire)
- 

Sous le Groenland, le réchauffement met au jour une bombe nucléaire à retardement
Usine nouvelle, 29 septembre 2016 : http://bit.ly/2eQm5Ai
.
La Hague face à des défis techniques majeurs, en pleine tourmente d’Areva
Le Parisien, 16 septembre 2016 : http://bit.ly/2eTozO4
.
Essai nucléaire à Reggane : 150 prisonniers algériens utilisés comme cobayes humains
Le Matin, 13 novembre 2015 : http://bit.ly/1Miz5av
.
Nucléaire : trois fois plus de leucémies chez les enfants près de Mol-Dessel
RTBF, 12 septembre 2016 : http://bit.ly/2fre06P

- 

Sur cette photo, il ne s'agit que de mannequins, mais des Algériens ont vraiment servi de cobayes lors d'essais nucléaires français...
Sur cette photo, il ne s’agit que de mannequins, mais des Algériens ont vraiment servi de cobayes lors d’essais nucléaires français...

Oubliez le nucléaire, il se rappellera tôt ou tard à vous. C’est le cas de cette base militaire nucléaire abandonnée au Groenland par l’armée des USA en 1967, confiée aux glaces. Mais, sous l’effet du réchauffement climatique, la base menace de ressurgir et de causer une catastrophe environnementale.

L’usine nucléaire de La Hague (Manche) n’est pas glacée, elle, mais ses créateurs étaient assurément givrés : les installations qui datent des années 60 sont dans un état de dégradation avancé, le propriétaire (Areva) est en faillite, le plutonium s’accumule en attendant probablement le feu d’artifice final. L’atome, De Gaulle, la « grandeur » de la France, bla bla bla...

Autre info qui démontre à nouveau le « génie » des humains, surtout lorsqu’ils jouent avec l’atome : 150 prisonniers algériens ont été utilisés comme cobayes, attachés à des poteaux, pour tester les effets d’une explosion nucléaire en 1960. L’atome, De Gaulle, la « grandeur » de la France, bla bla bla… (bis)

Une nouvelle étude montre que les enfants vivants près d’une centrale nucléaire ont plus de leucémies qu’ailleurs. Mais, comme toujours, il est impossible de prouver indubitablement que c’est bien l’atome qui est coupable : les tumeurs ne portent pas le tampon de la centrale. Alors on continue...

- 
Promesses sur le nucléaire : les bonnes blagues de Hollande
- 

Nucléaire : pourquoi Fessenheim n’est pas Florange
Lobs, 14 septembre 2016 : http://bit.ly/2cdXuU6
.
Appel à la grève à EDF pour protester contre la fermeture de Fessenheim
Le Monde, 7 septembre 2016 : http://bit.ly/2fdswKE
.
La réduction du nucléaire renvoyée définitivement à l’après-quinquennat
Le Monde, 27 octobre 2016 : http://bit.ly/2efB9Er

- 

Hollande tient ses engagements... auprès du lobby nucléaire !
Hollande tient ses engagements... auprès du lobby nucléaire !

L’Histoire est un éternel recommencement. Il y a 35 ans, un Président de la République, prénommé François et prétendu socialiste, bafouait toutes ses promesses environnementales en confirmant et confortant tant le programme de centrales nucléaires que l’arme atomique. Aujourd’hui, un autre Président de la République, lui aussi prénommé François et prétendu socialiste, amuse les citoyens avec des promesses dérisoires de fermeture d’une centrale et de diminution de la part du nucléaire dans la production française d’électricité.

Ainsi, la fermeture de la centrale de Fessenheim n’aura pas lieu avant la fin du quinquennat, certainement pas du fait de la « pression » des squelettiques rassemblements des pronucléaires, qui ont tant raillé les anti mais qui peinent à être plus de 100 pour « sauver » leur centrale. Qu’ils se rassurent, ils pourront continuer à nous mettre en danger : la fermeture de la centrale était juste une blague de Hollande.

Idem concernant la diminution de la part du nucléaire « d’ici 2025 » : toujours du bla bla. Mais, comme nous l’avons déjà signalé dans les précédentes revues de presse, cette diminution va bel et bien avoir lieu : pas du fait d’une décision politique courageuse (ne rêvez pas) mais tout simplement parce que le parc nucléaire d’EDF est dans un état de délabrement avancé. La seule inconnue est de savoir si les réacteurs seront fermés avant le Fukushima français ou du fait de ce drame... qui semble de plus en plus probable.

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire