Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Revue de Presse > Revue de presse de l’Observatoire du nucléaire - Hiver 2016-2017

Publié le 1er mars 2017

Revue de presse de l’Observatoire du nucléaire - Hiver 2016-2017

Revue de presse de l’Observatoire du nucléaire
Hiver 2016-2017

« La sûreté nucléaire, c’est pas pour l’Hiver » (Proverbe radioactif)

.
Générateurs de vapeur défectueux : l’ASN autorise le redémarrage des réacteurs nucléaires
Actu-environnement, 5 décembre 2016 : http://bit.ly/2m8hJrF
.
Redémarrage de réacteurs nucléaires : l’Observatoire du nucléaire saisit le Conseil d’État
AFP, 23 décembre 2016 : http://bit.ly/2lTq81G
.
Redémarrage des réacteurs défectueux : le Conseil d’Etat est lui aussi soumis au lobby nucléaire
Observatoire du nucléaire, 18 janvier 2017 : http://bit.ly/2lCW5sN

.

L’hiver 2016-2017 est assurément historique. Pour mémoire, le parc nucléaire français est dans un état de délabrement avancé et, qui plus est, truffé de pièces défectueuses généreusement bâclées par Areva et le japonais JCFC. Résultat, à l’entrée de l’hiver, plus de 15 réacteurs sont à l’arrêt, en particulier pour qu’EDF fasse le point sur les faiblesses des générateurs de vapeur.

Mais voilà, surprise incroyable en décembre, la météo annonce une baisse des températures. Or, les « élites » françaises ayant eu l’idée lumineuse de recouvrir le pays de chauffages électriques, le froid entraîne une augmentation exponentielle de la consommation d’électricité.

Immédiatement, c’est la panique chez le lobby nucléaire. EDF exige le redémarrage des réacteurs et, bonne fille, la prétendue « Autorité » de sûreté nucléaire (ASN) se couche une fois de plus. N’écoutant que son courage, l’Observatoire du nucléaire saisit immédiatement le Conseil d’État.

L’audience a lieu le 13 janvier au Palais Royal. EDF et l’ASN pataugent, se contredisent, se ridiculisent même lorsque l’Observatoire signale que, dans son mémoire, EDF assure que « l’arrêt de réacteurs en période de froid hivernal aurait des conséquences pour l’approvisionnement électrique du pays ». La « sûreté » nucléaire, déjà bien subjective le reste du temps, doit-elle être mise de côté l’hiver ?

« Oui » a pourtant répondu le Conseil d’État qui a, sans sourciller, validé les bricolages proposés par EDF et incroyablement validés par l’ASN : la mise en œuvre de "mesures compensatoires" et de "dispositions complémentaires" supposées éviter les situations au cours desquelles les générateurs de vapeur seraient amenés à rompre.

Cette situation est comparable à celle d’une voiture délabrée qui serait autorisée à rouler... en demandant au conducteur d’accélérer et décélérer le plus doucement possible, et en espérant qu’aucun obstacle n’obligera à freiner d’urgence.

Il est à noter que l’Agence France Presse était présente à l’audience du 13 janvier, une journaliste ayant soigneusement noté les arguments des uns et des autres... mais la dépêche n’a pas été publiée : hors de question pour les autorités que s’ouvre en France un débat sur le thème « Doit on relancer des réacteurs nucléaires défectueux sous prétexte qu’il fait froid ? ».

En toute « indépendance », l’AFP a donc décidé de retenir l’information et d’attendre une semaine la publication du jugement pour enterrer le débat en signalant discrètement que le recours était rejeté. Pas de débat dans le pays, objectif atteint. Et après les « grands » médias se demandent pourquoi ils sont pratiquement aussi détestés que les politiciens...

.

Pièces nucléaires défectueuses et documents de sûreté falsifiés : la suite !
.

Pénurie d’électricité : la grosse omission de France 2 sur la filière nucléaire
Télérama, 3 novembre 2016 : http://bit.ly/2lQxdQJ
.
Nucléaire : les arrêts de réacteurs vont coûter 1 milliard d’euros à EDF en 2016
Les Echos, 4 novembre 2016 : http://bit.ly/2lTx6Cq
.
Pierre-Franck Chevet (ASN) : "Nous n’avons jamais connu un tel cumul de problèmes"
Les Echos, 9 novembre 2016 : http://bit.ly/2mHEsbg
.
Areva : au Creusot, les failles du forgeron
Les Echos, 19 novembre 2016 : http://bit.ly/2lWsqeP

.

Areva, un forgeron qui ne sait pas forger mais qui sait falsifier les documents de "sureté"

C’est probablement le plus grand scandale industriel de l’Histoire, tous pays confondus, mais pour les « grands » médias c’est bien sûr immensément moins important que les fillonades et autres pénélopitudes. Après tout, pourquoi s’intéresser à ces réacteurs nucléaires qui fonctionnent avec des pièces défectueuses et des certificats de sûreté falsifiés ? Tant que ça tient, le cirque peut continuer...

Le Président de l’Autorité de sûreté nucléaire fait encore semblant de sonner l’alarme, il est quasiment présenté ici ou là comme un « antinucléaire » radical, mais à l’arrivée il finit toujours par donner satisfaction à EDF : tout comme les réacteurs défectueux ont été autorisés à fonctionner avec des procédures abracadabrantesques, nous prédisons que la fameuse cuve de l’EPR de Flamanville sera décrétée bonne pour le service malgré ses graves faiblesses. Pari tenu ?

.

Insécurité nucléaire

.
Sûreté nucléaire : Electrabel épinglé pour ses « résultats effrayants »
Le Soir, 19 novembre 2016 : http://bit.ly/2mEqDeu
.
Un niveau de radiation jamais atteint a été détecté à Fukushima
Science et Avenir, 3 février 2017 : http://bit.ly/2l2Gqml
.
Le Japon double l’estimation de la facture de Fukushima
Reuters, 28 novembre 2016 : http://bit.ly/2gyi8xs

.

A propos de risques nucléaires, les nouvelles sont stupéfiantes du côté de la Belgique où le propre patron de la sûreté nucléaire parle de "résultats effrayants" d’une étude sur la sécurité des centrales et pointe le fait « que l’exploitant Electrabel semble peu concerné par cette question ».

Il faut dire que, depuis la fusion GDF-Suez, l’État français est l’actionnaire majoritaire du nouveau conglomérat Engie, propriétaire d’Electrabel : la dérisoire « sûreté » nucléaire française a donc été importée en Belgique !

Peut-être s’agit-il de relever le défi des Japonais qui, à Fukushima, viennent de battre tous les records de radioactivité : six ans après le début de la catastrophe, la situation est plus dramatique que jamais. Et pour faire bonne mesure, le coût financier de la catastrophe a été multiplié par deux. Pour le moment...

.

Faillite d’Areva et corruption : Lauvergeon court toujours !

.
La course contre la montre d’Areva
Les Echos, 30 novembre 2016 : http://bit.ly/2mKoA7J
.
La justice américaine sur la piste d’Areva
JDD, 14 janvier 2017 : http://bit.ly/2mIRIgq
.
La Chine n’entrera pas chez Areva
BfmBusiness, 31 janvier 2017 : http://bit.ly/2lwbnys
.
Areva : un livre sur l’affaire Uramin menacé d’interdiction
L’Obs, 22 décembre 2016 : http://bit.ly/2mOHpqB
.
Lauvergeon parade encore auprès du Président de la République
V. Crouzet, Blog, 22 février 2017 : http://bit.ly/2mwOMqs

.

Encensée par la majorité des médias pendant près de 15 ans, présentée comme visionnaire, charismatique, et même compétente (!), Anne Lauvergeon a laissé Areva en situation de faillite et est impliquée jusqu’au cou dans l’affaire de corruption Uramin, avec son mari le bien nommé Olivier… FRIC (véridique !).

Pas de quoi gêner l’humoriste François Hollande (assez doué puisqu’il a quand même réussi à faire croire pendant 5 ans qu’il était Président) qui s’est affiché avec la délinquante radioactive, recyclée en papesse de l’innovation et des « objets connectés », en lien avec les compteurs malfaisants Linky, Gazpar et cie.

Nous notons cependant avec intérêt que c’est désormais la justice américaine qui s’intéresse aux manipulations d’« Atomic Anne » : enfin un espoir de la voir relogée en prison, et pourquoi pas à Guantanamo.

Pendant que Flamby et Flambeuse paradent, déclenchant la saine colère de l’auteur Vincent Crouzet, Areva tente encore de se sauver et « négocie l’entrée à son capital du chinois CNNC et des japonais MHI et JNFL pour pouvoir mener à bien son augmentation de capital, début 2017 ».

Mais finalement les Chinois jettent l’éponge, mécontents d’être traités comme de vulgaires Japonais (créateurs de Fukushima et incompétents nucléaires, voir plus bas). Au final, quelle surprise, les milliards disparus vont être payés par les citoyens français. Et dire que la faillite d’EDF va suivre de près celle d’Areva...

.

L’effondrement continu de l’industrie nucléaire mondiale

.
Axpo, Alpiq et BKW retirent leurs demandes pour de nouvelles centrales
Radio-Télévision Suisse, 26 octobre 2016 : http://bit.ly/2lQjCsq
.
Alpiq a essayé de vendre ses centrales nucléaires pour 1 franc au groupe français EDF
Radio-Télévision Suisse, 6 novembre 2016 : http://bit.ly/2mBKr22
.
New York : accord sur la fermeture de la centrale nucléaire d’Indian Point d’ici 2021
AFP, 7 janvier 2017 : http://bit.ly/2lc6xuM
.
La Bulgarie a dédommagé la Russie pour l’abandon d’un projet de centrale nucléaire
AFP, 9 décembre 2016 : http://bit.ly/2lWgdqH
.
La facture du nucléaire s’alourdit pour Engie
Les Echos, 13 décembre 2016 : http://bit.ly/2mibRNj
.
Engie veut se retirer de son projet nucléaire en Turquie
Reuters, 23 décembre 2016 : http://bit.ly/2mwLzav
.
Un doux hiver nucléaire
Les Echos, 6 décembre 2016 : http://bit.ly/2mKy4zT

.

Si vous ne connaissez pas David Barroux, vous loupez quelque chose : c’est assurément l’éditorialiste le plus nul et le plus ridicule de tous les temps, tous pays confondus. Voyez un peu : dans les Echos, sous le charmant titre d’ « Un doux hiver nucléaire », il pousse la méthode Coué à son paroxysme en assurant que l’industrie atomique repart de l’avant.

Ce saltimbanque ne sait donc pas que la part du nucléaire dans l’électricité mondiale est passée de 17 % en 2001 à 9 % à ce jour, et que cet effondrement va continuer au fil des annulations de projets nucléaires (Bulgarie, Vietnam, Turquie, etc) et des fermetures de réacteurs actuels (encore une centrale condamnée aux USA).

La débandade est telle que le suisse Alpiq a essayé de refiler ses centrales à EDF pour le prix exorbitant de… 1 franc (suisse). Bien que spécialisé dans les acquisitions foireuses, EDF a refusé de débourser une telle somme pour acquérir… de graves problèmes. Car, de nos jours, posséder des centrales nucléaires est la pire des choses qui puisse arriver à une entreprise...

.

Déchets radioactifs : plus Bure sera la chute
.

Victoire des antinucléaires sur l’Andra
Nombreux articles février 2017 : http://bit.ly/2mP6ktX
.
A Bure, la lutte contre le nucléaire s’enracine et vise le long terme
Médiapart, 18 janvier 2017 : http://bit.ly/2mig6s1
.
Le projet de stockage de déchets radioactifs à Bure gelé par la justice
Le Monde, 28 février 2017 : http://bit.ly/2l83CTS
.
Déchets radioactifs : Areva autorisée à doubler les capacités d’entreposage de la Hague
Actu-environnement, 14 novembre 2016 : http://bit.ly/2lTfiJf

.

C’est l’histoire d’un maire qui, en catimini, sans avoir averti ses concitoyens, a convoqué un Conseil municipal quasi clandestin, pour imposer par un vote truqué une disposition permettant d’attribuer à l’Agence nationale des déchets radioactifs une parcelle de forêt nécessaire à son projet criminel d’enfouissement.

Mais la manœuvre était si grossière que la justice n’a pu que l’annuler suite à un recours porté par des habitants et des associations antinucléaires. Certes, le lobby de l’atome va revenir à la charge, mais c’est une victoire réjouissante qui va encore renforcer la détermination des militants « à l’ancienne » et des jeunes « zadistes » qui agissent courageusement pour empêcher l’enfouissement insensé des déchets nucléaires les plus radioactifs.

Etait-ce prémonitoire ? Toujours est-il que, quelques mois plus tôt, Areva était autorisée à doubler les capacités d’entreposage à La Hague de ces fameux déchets les plus radioactifs. Ce n’est certes pas une situation satisfaisante mais, pour mémoire, il n’existe absolument aucune solution pour ces déchet, tout juste des options... toutes mauvaises. Merci le nucléaire !

.

Les malheurs sans fin du pauvre réacteur nucléaire EPR

.
Nucléaire : le démarrage des EPR de Taishan reporté
AFP, 21 février 2017 : http://bit.ly/2lZKJQd
.
En Inde, la construction des EPR d’EDF se heurte à l’opposition de la population
Le Monde, 12 janvier 2017 : http://bit.ly/2lXUWhV
.
Après Flamanville, EDF promet des EPR à moitié prix
Les Echos, 16 novembre 2016 : http://bit.ly/2mExaWD
.
Officiel : la priorité d’EDF est de satisfaire les actionnaires !
EDF, Twitter, 8 novembre 2016 : http://bit.ly/2m7PDwV

.
Vous le savez certainement, les chantiers des deux premiers réacteurs EPR, en Finlande (Areva) et à Flamanville (EDF),
se déroulent de façon catastrophique et voient leurs délais (10 à 12 ans au lieu de 4 et demi) et leurs budgets (au moins
10 milliards au lieu de 3) littéralement exploser. En attendant la suite.

Cependant, pendant plusieurs années, on nous a assuré que tout se passait bien pour les deux EPR
bradés par Areva à la Chine (3,66 milliards… les deux !). Or il apparaît que le chantier de Taïshan
connaît lui aussi de graves déconvenues et un retard de plusieurs années.

Tout ceci n’empêche bien sûr pas EDF de fanfaronner et de promettre pour bientôt de nouveau EPR « à moitié prix »,
probablement parce qu’ils seront… à moitié construits ! De toute façon, comme le reconnaît EDF sur son compte twitter,
la seule priorité d’Edf n’est pas de bien travailler mais de satisfaire ses actionnaires !
.

Fessenheim : EDF dicte sa loi au Président « François le mou »

.

Fessenheim : Hollande rappelé à sa promesse de fermeture
Les Echos, 3 janvier 2017 : http://bit.ly/2mOGYfQ
.
Fessenheim/Indemnisation : de nouvelles garanties avant un vote chez EDF
AFP, 23 janvier 2017 : http://bit.ly/2lh16Ll
.
EDF fait discrètement capoter la fermeture de Fessenheim
Journal de l’environnement, 24 janvier 2017 : http://bit.ly/2mwNI67

.

Pour partir de l’Elysée en ayant tenu au moins une promesse, celle de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, François Hollande a élaboré un chantage à l’encontre d’EDF qui a absolument besoin de deux autorisations :

- celle de prolonger le décret de création de l’EPR de Flamanville, lequel doit être chargé en combustible avant le 10 avril 2017, ce qui ne sera pas le cas. Pour mémoire, en signant le décret de création en 2007, le premier ministre de l’époque, M De Villepin, pensait voir très large en accordant 10 ans pour construire un réacteur qui devait être terminé en 4 ans et demi. Mauvaise pioche, EDF a explosé tous les délais !

- celle de prolonger l’autorisation du réacteur 2 de la centrale de Paluel (Seine-Maritime), dans lequel les ingénieurs saltimbanques d’EDF ont fait tomber un générateur de vapeur de près de 500 tonnes, occasionnant de lourds dommages. Or, selon une loi récente, un réacteur arrêté plus de deux ans est réputé en arrêt définitif.

En clair, Hollande a dit à EDF : « Si vous ne fermez pas Fessenheim, vous n’aurez pas les prolongations de l’EPR et de Paluel ». De façon incroyable, le prétendu « Président » a laissé EDF inverser le deal : « Si vous ne nous donnez pas les deux prolongations attendues, nous ne fermerons pas Fessenheim » !

Résultat, Hollande s’est couché : la prolongation de Paluel 2 a été accordée et celle de l’EPR est dans les tuyaux. Et, au final, EDF ne fermera pas Fessenheim une fois que « François le mou » sera retourné à son scooter non présidentiel...

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire