Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Communiqués > Officiel : les constructeurs automobiles avouent que la VOITURE ELECTRIQUE (...)

Publié le 19 septembre 2013

A la veille de la visite de l’usine Bolloré par M. Hollande

Officiel : les constructeurs automobiles avouent que la VOITURE ELECTRIQUE est POLLUANTE

Renault, Citroën, Bolloré, Opel et Nissan corrigent leurs publicités

Mis en cause par l’Observatoire du nucléaire, qui les a assignés devant le Jury de déontologie publicitaire, les principaux constructeurs automobiles ont été obligés de reconnaître que leurs voitures électriques sont polluantes et ils ont en conséquence corrigé leurs publicités. [1]

Ce jeudi 19 septembre 2013, le Jury de déontologie publicitaire a mis en ligne ses décisions concernant Renault (modèle ZOE), Citroën (modèle C-zéro), Opel (modèle Amperra) et Bolloré (modèle Bluecar).
Nissan (modèle Leaf) a obtenu un délai jusqu’à début octobre (et comparaîtra en même temps que Mitsubishi, modèle I-Miev) mais a aussi reconnu ses torts et rectifié ses publicités.

Avant même l’audience, les constructeurs avaient reconnu la pertinence des accusations portées par l’Observatoire du nucléaire et rectifié leurs publicités : ils n’ont effectivement pu que reconnaître que la voiture électrique n’est ni "propre", ni "écologique", ni "verte", etc

En particulier, il n’est pas acceptable de prétendre que la voiture électrique serait "propre"... parce que ses batteries seraient rechargées avec de l’électricité d’origine nucléaire : cette électricité, et donc les voitures qui l’utilisent, est coupable de toutes les tares et graves pollutions de l’industrie de l’atome, des mines d’uranium aux déchets radioactifs, sans oublier les catastrophes comme celle de Fukushima.

De toute façon, l’Observatoire du nucléaire rappelle qu’un véhicule, électrique ou non, n’est JAMAIS "propre" ou "écologique", et ce pour quatre raisons principales :

  • la construction de tout véhicule nécessite des matières premières et de l’énergie dont l’extraction et la production ont inévitablement des impacts sur l’environnement.
  • tout véhicule motorisé utilise des pièces et éléments extrêmement polluants, en particulier les pneus et les batteries.
  • tout véhicule représente une certaine quantité de déchets lorsqu’il arrive en fin de vie.
  • enfin, la source d’énergie - en particulier électricité et essence - utilisée pour faire fonctionner un moteur est toujours cause de pollution.

L’Observatoire du nucléaire dénonce les promoteurs de la fumeuse "transition énergétique" dont le but principal, de toute évidence, est de continuer les gaspillages d’énergie et de matières premières en tentant de relancer, par des investissements insensés et sous prétexte de croissance prétendue "verte", des industries moribondes comme le nucléaire et l’automobile.

La visite demain du Président de la République dans l’usine Bolloré de batteries pour voitures électriques est l’illustration parfaite de cette fuite en avant absurde. M. Hollande ferait bien de prendre acte de la démonstration magistrale apportée par l’Observatoire du nucléaire : qu’elle soit produite par Bolloré ou tout autre constructeur, la voiture électrique est polluante.


[1Aveux des constructeurs :

  • Renault  : « La mention du caractère écologique du véhicule électrique ZOE sans aucune relativisation est, en effet, contraire aux engagements que nous avons pris (...) en signant la charte pour une communication responsable. Nous avons en conséquence apporté les modifications nécessaires, dès réception de votre courrier. » Voir le document
  • Citroën  : « Cette page concernant la C-Zéro (...) intègre effectivement des termes contraires à la SNDD (stratégie nationale du développement durable) (...) J’ai donc fait procéder immédiatement à la correction de cette page dès réception de votre courrier... » Voir le document
  • Opel - General Motors : « La communication sur l’Opel Ampera à laquelle vous vous référez (...) est en effet inexacte et maladroite aussi, à réception de votre courrier, nous l’avons immédiatement corrigée... » Voir le document
  • Bollore fait pour sa part preuve d’une réelle mauvaise foi en tentant de justifier ses allégations concernant le caractère prétendu "propre" de sa Bluecar, mais "consent" quand même à revenir à la raison : Néanmoins, afin de ne pas créer de confusion dans l’esprit du consommateur, « nous consentons à retirer le mot "propre" de notre publicité... » Voir le document
  • Nissan a aussi fini par rectifier son site Internet consacré au modèle électrique Leaf , cessant d’affirmer de façon sidérante que ce véhicule « n’a AUCUN impact sur l’environnement ». Voir le tweet
Soutenez l'Observatoire du Nucléaire