Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Communiqués > Séisme près de la centrale nucléaire du Blayais : dernier rappel (...)

Publié le 20 mars 2019

Séisme près de la centrale nucléaire du Blayais : dernier rappel ?

Ce mercredi 20 mars 2019, un séisme d’une magnitude non négligeable (4,9) s’est produit à proximité de la centrale nucléaire du Blayais (Gironde). Il est légitime de se demander si cet évènement n’est pas le dernier rappel avant que le pire ne se produise.

JPEG - 32 ko

En effet, même s’il se termine sans dommages importants, cet épisode vient rappeler que l’ensemble de la population française, et même européenne, vit sous la menace d’une catastrophe nucléaire dont la cause peut être purement industrielle mais qui peut aussi survenir à la suite d’un évènement naturel.
.
Il se trouve que, lors de la fameuse tempête du 27 décembre 1999, la centrale nucléaire du Blayais a déjà montré sa grave vulnérabilité face au risque inondation, avec un scénario proche de celui qui allait se produire 12 ans plus tard à Fukushima.
.

L’évènement de ce jour est l’occasion de rappeler que, bien que le risque sismique soit modéré en France, le danger est bien réel car, par souci d’économies, EDF a construit ses centrales nucléaires en fonction du risque théorique : elles sont donc peu résistantes.
.

Il est par ailleurs notable que, 8 ans après le début de la catastrophe de Fukushima (qui se poursuit et va continuer encore pendant des décennies), les mesures de "sûreté" dites post-Fukushima ne sont toujours pas en place.
.

Il faut aussi rappeler que, même quand ces mesures seront enfin de mise, la catastrophe pourra toujours se produire car l’expérience montre qu’il est impossible de prévoir tous les scenarios.
.

Et ce d’autant que toute construction humaine est faillible et que l’accident peut être causé par des erreurs de conception, de construction, d’exploitation, de maintenance… le tout étant démultiplié par le vieillissement des installations.
.

Non contente d’être très vulnérable face au risque d’inondation et celui des séismes, la centrale du Blayais est aussi une des plus anciennes de France, étant en service depuis 38 ans.
.

Loin de la désinformation orchestrée par EDF mais aussi par la prétendue "Autorité" de prétendue "sûreté" nucléaire (ASN), la seule façon d’être sûr d’éviter la catastrophe nucléaire est de fermer au plus vite la centrale nucléaire du Blayais… et les autres centrales.

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire