Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Communiqués > Prétendue relance du nucléaire - Macron passe un peu vite sur un "détail" : (...)

Publié le 10 février 2022

Prétendue relance du nucléaire - Macron passe un peu vite sur un "détail" : le financement !

Lors de son discours du jeudi 10 février 2022 à Belfort, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé, pour parvenir à la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en France, "un plan massif de plusieurs dizaines de milliards d’euros", ajoutant que "l’État prendra ses responsabilités pour financer EDF à court terme et à moyen terme"

JPEG - 46.5 ko

M Macron semble avoir oublié un "détail" : depuis l’ouverture du marché de l’énergie, EDF n’est plus qu’un fournisseur parmi des dizaines d’autres. Certes, même si cette part se réduit continuellement, EDF conserve encore environ les deux tiers du marché français, mais il n’en reste pas moins vrai que, n’en déplaise à M. Macron, l’Etat français n’a aucunement le droit de financer EDF au détriment de ses concurrents.
.
Par ailleurs EDF est très gravement endettée et confrontée à un "mur" financier : coûts insensés des chantiers EPR de Flamanville et Hinckley Point, grand carénage (financement ruineux de la prolongation de vie des réacteurs actuels, etc), démantèlement de la douzaine de réacteurs déjà arrêtés, etc. L’entreprise EDF est donc dans l’incapacité de financer elle-même la construction de nouveaux réacteurs nucléaires.
.
Il n’existe donc que deux options après les affirmations de M Macron à Belfort : soit il s’agit de déclarations politiciennes sans lendemain, comme c’est souvent le cas avec M. Macron. Soit ce dernier, s’il est réélu, tentera de réactiver le défunt plan "Hercule" dans le but de nationaliser le nucléaire et de le financer massivement par l’argent public… ce qui est interdit par les règles de l’Union européennes.
.
De fait, et jusqu’à preuve du contraire, la prétendue "relance du nucléaire" par M. Macron n’a aucune réalité… ce dont on peut bien entendu se féliciter car cela évitera de placer la France en faillite. Pour autant, l’avenir énergétique du pays reste parfaitement incertain : même avec des prolongations de durée de vie, les réacteurs nucléaires actuels vont finir par être arrêtés et aucune alternative sérieuse n’est mise en œuvre…

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire