Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Le saviez-vous ? > La France est IMPORTATRICE d’électricité depuis l’Allemagne et non l’inverse (...)

Publié le 2 janvier 2010

La France est IMPORTATRICE d’électricité depuis l’Allemagne et non l’inverse !

En ces temps de catastrophe au Japon, pour éviter la remise en cause de l’atome français, d’aucun prétendent que "L’Allemagne sort du nucléaire... mais en achetant l’électricité nucléaire française".

C’est totalement mensonger : depuis 2004, c’est bien la France qui est importatrice d’électricité depuis l’Allemagne. Les chiffres sont incontestables et consultables en ligne sur le site du Réseau de transport d’électricité (RTE-EDF).

Pour 2010 :

France importatrice d'électricité

Cf. rapport 2010, page 18

Pour 2010, on voit que la France a exporté 9,4 TWh vers l’Allemagne, mais a importé en retour pas moins de 16,1 TWh. En clair, en 2010, la France a importé 6,7 TWh d’électricité depuis l’Allemagne, soit l’équivalent de la production annuelle d’un réacteur nucléaire.

Il faut savoir que, depuis 2004, la France est continuellement importatrice d’électricité depuis l’Allemagne :

Toutes ces données sont consultables sur le site du RTE-EDF, en suivant les liens ci-dessus.

Deux points à noter :

  • si la France est importatrice depuis l’Allemagne, son bilan global est néanmoins positif (29,5 Twh). Cependant, les deux tiers de ce bilan (19,5 Twh) sont dus à la Suisse... et ce n’est pas à notre avantage : les Suisses importent notre électricité nucléaire la nuit lorsqu’elle est peu chère, ils s’en servent pour remonter (on dit "turbiner") de l’eau dans des retenues situées en altitude, de façon à produire de l’électricité hydraulique... et la vendre à prix d’or à la France lorsque celle ci est fortement demandeuse (en particulier l’hiver du fait de l’absurdité du chauffage électrique).
  • lorsqu’on leur démontre que leurs affirmations sont mensongères, en l’occurrence que l’Allemagne ne sort pas du nucléaire "avec l’électricité nucléaire française", les pronucléaires détournent immédiatement la conversation en disant en substance "Ha oui, mais c’est de l’électricité produite par des centrales polluantes au charbon". Il convient alors de leur répondre : "Nous pouvons parler des pollutions si vous le voulez - la catastrophe de Fukushima montre que le nucléaire est au moins aussi polluant que le charbon - mais cela ne justifie pour autant pas de mentir sur les exportations". CQFD.
Soutenez l'Observatoire du Nucléaire