Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Communiqués > L’Observatoire du nucléaire assigné par Areva le 1er février 2013 à (...)

Publié le 20 décembre 2012

L’Observatoire du nucléaire assigné par Areva le 1er février 2013 à Paris

Affaire de l’avion "offert" par Areva au Président du Niger

  • Areva assigne l’Observatoire du nucléaire à comparaître en justice pour "diffamation"
  • En demandant 25 000 euros, Areva entend faire disparaître l’Observatoire du nucléaire
  • L’Observatoire attend toujours l’avis du ministre du Développement Pascal Canfin...

Mercredi 19 décembre 2012, en fin de journée, l’Observatoire du nucléaire a reçu de la part d’Areva, par l’intermédiaire d’un grand cabinet d’avocats, une assignation à comparaître (cf Assignation ODN par Areva) devant le Tribunal de grande instance de Paris pour le vendredi 1er février 2013 (13h30).

Areva veut de toute évidence obtenir la disparition de l’Observatoire du nucléaire en essayant de le faire condamner à payer environ 25 000 euros (5000 euros au titre de l’article 475-1, trois insertions dans des journaux de 5000 euros hors-taxe chacune, plus les frais d’avocat, de déplacement, etc).

Areva se prétend victime de "diffamation publique" à la suite de la publication par l’Observatoire du nucléaire, mardi 11 décembre 2012, d’un communiqué (cf Nucléaire/corruption : Areva offre un avion au Président du Niger...) dénonçant la curieuse "aide financière" de 17 milliards de Francs CFA (environ 26 millions d’euros) versée par la multinationale de l’atome au budget du Niger. Pour l’Observatoire du nucléaire, de nombreuses questions se posent à propos de ce versement. En effet, selon l’Opposition — Alliance pour la réconciliation nationale — (cf http://www.tamtaminfo.com/communiqu...) :

  • c’est en plein examen par l’Assemblée nationale du projet de loi de finances 2013 que le ministre des finances du Niger a fait ajouter, illégalement, la somme versée par Areva.
  • la somme versée par Areva a été en grande partie préaffectée à l’achat d’un nouvel avion pour le Président de la République du Niger, M. Issoufou, qui est par ailleurs un ancien directeur de la Somaïr, une société d’exploitation de l’uranium. filiale d’Areva !

Areva dément l’existence de ce versement au budget du Niger mais, dans une dépêche AFP (cf Jeune Afrique) du 12 décembre, le président du groupe parlementaire du Parti majoritaire (PNSD), Zakari Oumarou, en tentant de justifier le versement d’Areva, en atteste de fait la réalité.

Pour l’Observatoire du nucléaire, ce versement d’Areva relève clairement de la corruption, probablement sur le plan juridique, assurément sur le plan moral. En effet, personne ne croira qu’Areva a fait ce "don" de façon désintéressée, sachant que la multinationale de l’atome entend continuer à s’accaparer à bas prix, comme elle le fait depuis des décennies, les réserves d’uranium du Niger.

Par ailleurs, l’Observatoire du nucléaire a écrit à Pascal Canfin, ministre du Développement, pour avoir son avis sur cette affaire, et en particulier pour obtenir confirmation du versement effectué par Areva au budget du Niger mais, à ce jour, la réponse se fait encore attendre...

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire