Observatoire du nucléaire

— Organisme indépendant de surveillance de l’industrie nucléaire —

Accueil > Revue de Presse > Revue de presse - janvier 2014

Publié le 1er janvier 2014

Revue de presse - janvier 2014

Le nucléaire est si cher que... c’est le vendeur qui paye !

nucleaire-cher.jpg (45851 octets)
Dessin de GoViN

La Chine prête 4,7 milliards d’euros au Pakistan pour son programme nucléaire
Le Monde.fr, 2 janvier 2014 : http://bit.ly/LjJ708

Nucléaire civil : la Russie accorde un crédit à la Hongrie
Ria Novosti, 14 janvier 2014 : http://bit.ly/1i70NaG

Prêt russe pour centrale nucléaire vietnamienne
Contrepoints, rappel 24 novembre 2011 : http://bit.ly/MpZskP

Vietnam : report de la construction de la première centrale nucléaire
Nuklearforum, 21 janvier 2014 : http://bit.ly/1i8E65Z

L’énergie nucléaire est tellement chère que, pour avoir encore des chances de vendre leurs centrales, certains constructeurs jouent leur dernière carte : fournir à l’acheteur... l’argent de la transaction ! Peu importe pour les businessmen de l’atome que l’argent avancé soit un jour remboursé ou non : l’argent public d’un des deux pays finira bien par payer pour les centrales ainsi « vendues », puis plus tard pour les déchets, le démantèlement, etc.

C’est ainsi que, en ce début 2014, la Chine avance près de 4,7 milliards d’euros au Pakistan, geste un peu mesquin comparé à celui de la Russie qui a prêté 8 milliards au Vietnam et va avancer 10 milliards à la Hongrie pour construire deux réacteurs à Paks, site où Areva s’est autrefois illustrée en causant de graves dommages qu’il a ensuite fallu rembourser ( http://bit.ly/1fjVtQZ )

Il est d’ailleurs assez amusant de constater que le premier ministre hongrois, l’ultra-réactionnaire Orban, avait promis de libérer la Hongrie de l’emprise de la Russie, ce qu’il fait donc... en se mettant à la merci de Moscou ! Les nucléocrates sont décidément de sacrés plaisantins.

Ce programme reste cependant aussi virtuel que le projet nucléaire d’EDF en Grande-Bretagne, qui risque l’annulation par Bruxelles car ultra-subventionné par l’argent public (ou pris sur les factures des usagers, ce qui revient au même).

Concernant la centrale vietnamienne, prétendument la « première » (encore faudrait-il qu’elle existe), les vendeurs russes ont avancé dès 2011 la somme permettant de les payer, mais ce tour de passe-passe ne suffit pas : les travaux, qui devaient commencer en 2014, sont « repoussés » à 2020. Parions que, comme tant d’autres annoncées avec fracas, cette centrale non plus ne verra finalement pas le jour...

Areva : la débâcle en fanfaronnant...

areva-logo-rad.jpg (11479 octets)

L’Afrique du Sud envisage le gel de ses projets nucléaires jusqu’en 2025
RFI, 13 janvier 2014 : http://rfi.my/1mRVbS7

Areva salue... la nouvelle annulation du programme nucléaire de l’Afrique du Sud
Ecofin, 12 décembre 2013 : http://bit.ly/1jXclOm

Japan’s energy pact with Turkey raises nuclear weapons concerns
Asahi Shimbun, 7 janvier 2014 : http://bit.ly/1fqzFkO

Nous avons souvent évoqué les annonces tonitruantes de projets nucléaires, les signatures lors de voyages présidentiels d’ « accords de coopération » évoquant la construction d’innombrables réacteurs qui ne voient bien sûr jamais le jour. Le fin du fin consiste d’ailleurs à annoncer à maintes reprises... le même projet. C’est le cas en Afrique du Sud où le saltimbanque Sarkozy avait quasiment "vendu" en 2008 (cf AFP : http://bit.ly/1e4rVb6 ) des centrales nucléaires... restées totalement virtuelles.

L’Afrique du Sud annonce puis annule régulièrement ses projets nucléaires, par exemple en décembre 2008 (cf Reuters : http://reut.rs/1i7gizu ) ou en septembre 2010 (AFP : http://bit.ly/1e4srWM ). C’est à nouveau le cas en 2014 mais, avec un superbe panache (radioactif ?), ou par habitude de prendre des claques, Areva a « salué » cette annulation.

Revenons aussi sur le prétendu "grand succès d’Areva en Turquie", annoncé avec fracas par la majorité des médias français en mai dernier ( http://bit.ly/1dL7A4D ). Notons d’abord qu’il est question dans les médias de la « deuxième centrale nucléaire turque » alors que la première n’existe pas ! Ensuite, comme nous l’avons déjà signalé, le programme nucléaire turc est un véritable serpent de mer annoncé puis annulé à de nombreuses reprises depuis... 1967 !

Mais surtout, si jamais par extraordinaire cette fois-ci était la bonne, ce sont en réalité les Japonais de Mitsubishi qui ont obtenu le marché, laissant simplement une petite place en strapontin à Areva. Or l’affaire est très controversée au Japon où, au delà même du risque de catastrophe (expérimenté avec « succès » à Fukushima et en voie d’exportation en zone turque ultra-sismique !), c’est la porte ouverte à la prolifération nucléaire qui est pointée.

En effet, entre enrichissement de l’uranium et extraction du plutonium, la Turquie pourrait bien s’approcher de l’arme atomique grâce aux nucléocrates japonais, grands spécialistes il est vrai depuis août 1945. Israël, Iran, Turquie : la java des bombes atomiques gagne le Moyen-Orient...

Pour s’opposer à la collaboration d’Areva à ce projet irresponsable, on aurait pu espérer quelque chose de la présence de prétendus écologistes au gouvernement français, hélas Duflot et Canfin sont passé de l’autre côté (cf http://bit.ly/1bmR5yV ). Heureusement, comme démontré depuis 1967, le projet nucléaire des dirigeants turcs a les plus grandes chances de ne jamais voir le jour...

Climat et nucléaire : Hulot n’a toujours rien compris !

hulot-et-edf.jpg (29545 octets)
Nicolas protège la nature avec son ami EDF

Nicolas Hulot : 48h avant une décision fatidique pour le climat
Avaaz, 22 janvier 2014 : http://bit.ly/1f2ofVq

La Commission européenne et les États membres abandonnent-ils le climat ?
RAC, 22 janvier 2014 : http://bit.ly/Lfxx6q

Jackpot pour les « écolos » les plus serviles lors du Grenelle
CESE : http://bit.ly/MDXsWk

On se souvient que, juste avant le fameux et inutile « sommet » de Copenhague sur la climat, les dirigeants putschistes du Réseau Sortir du nucléaire (toujours en place à ce jour malgré leurs mensonges et forfaitures) avaient trahi le mouvement antinucléaire en signant un infâme texte appelé « Ultimatum climatique », écrit par le WWF et Greenpeace, et qui oubliait consciencieusement de condamner le recours au nucléaire pour « sauver » la planète.

Différentes organisations menées par le RAC avaient même battu le record du monde de la compromission, quelques jours plus tard, en publiant un communiqué d’allégeance la plus totale au grand « écologiste » Sarkozy (cf http://bit.ly/1b73aoW , asseyez vous avant de lire !)

Plus récemment, l’hélicologiste Nicolas Hulot, favorable à la sortie du nucléaire « à terme » (c’est à dire jamais), s’est lancé dans la course présidentielle, obligeant le directeur de l’Observatoire du nucléaire à s’extirper de son sud-Gironde rural pour pourfendre l’imposteur.

Hélas nous pouvons constater que rien n’a changé dans ce petit monde : désormais « Envoyé spéciale pour la planète » (sic !) au service de l’Elysée, M. Hulot nous exhorte à interpeller l’Union européenne pour « sauver le climat », mais toujours en « oubliant » de condamner au passage l’option nucléaire !

Idem chez certaines « grandes » associations qui se préoccupent du climat mais à nouveau sans dénoncer la « solution » (finale) que constituerait le nucléaire. Il est vrai que les « écologistes » les plus serviles ont des chances de se retrouver au Conseil économique, social et environnemental, payés 6000 euros par mois pour faire la sieste : http://bit.ly/MDXsWk

« Grand carénage » : EDF s’apprête à gaspiller 100 milliards !

grand-carnage.jpg (451208 octets)
Dessin de DRAPIER

Nucléaire : un « convoi-test » préfigure le Grand Carénage
La Dépêche, 27 janvier 2014 : http://bit.ly/Le2lEr

Nucléaire, convois géants : EDF s’apprête à gaspiller 100 milliards
Observatoire du nucléaire, 22 janvier 2014 : http://bit.ly/1jAyeW4

La disponibilité du parc nucléaire a chuté autour de 78 % l’an dernier
Les Échos, 17 janvier 2014 : http://bit.ly/1e22Q0D

Il n’y a qu’un pont à franchir, sur la Garonne, pour passer du charmant village de Saint-Macaire (siège de l’Observatoire du nucléaire) à la terne sous-préfecture qu’est Langon. Et c’est pourtant là que, par provocation ou par inconscience, EDF a décidé de tester son projet de convois géants.

En l’occurrence, il s’agit de préparer l’envoi de pièces géantes pour rafistoler la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne), mais le même genre de délires est prévu pour toutes les centrales françaises.

C’est le fameux « grand carénage », programme stupide par lequel les dirigeants d’EDF s’apprêtent à gaspiller la somme inouïe de 100 milliards d’euros, véritable acharnement thérapeutique pour essayer de maintenir en vie un parc nucléaire en cours de désagrégation.

En effet, avec un taux de disponibilité catastrophique de 78%, chaque réacteur est en moyenne à l’arrêt un jour sur quatre, au grand désespoir du quotidien pronucléaire Les Échos. Et dire que les atomistes se permettent de railler le fonctionnement intermittent des éoliennes !

EDF championne de l’insécurité nucléaire

dangernuke.jpg (744736 octets)
Dessin de DRAPIER

Sûreté nucléaire : EDF doit encore tirer les leçons de Fukushima
Le Monde, 28 janvier 2014 : http://bit.ly/1gpwBKv

Centrale de Nogent : mise en demeure d’EDF par l’autorité de sûreté nucléaire
Est Eclair, 28 janvier 2014 : http://bit.ly/1bHsaDd

3 ans après le début de la catastrophe du 11 mars 2011, EDF est bien loin d’avoir mis en oeuvre les mesures « post-Fukushima ». Certes, le risque de catastrophe sera toujours présent même lorsque la remise à niveau du parc français aura été faite, mais il est évident que le danger est encore pire sans ces mesures.

Mieux (façon de parler) : près de 15 ans après l’inondation gravissime de la centrale nucléaire du Blayais (cf http://tchernoblaye.free.fr ), EDF est toujours loin du compte : une nouvelle situation critique peut avoir lieu à tout instant suivant les intempéries.

Quant à la centrale de Nogent, à deux pas de Paris, l’Autorité de sûreté (ASN) note que « la gestion des écarts nécessite un plan d’action rapide et ambitieux » et que « Les constats montrent la nécessité de mieux former le personnel et de développer la culture de sûreté sur ce sujet. ».

On apprend même que « L’ASN avait déjà alerté plusieurs fois la centrale sur ce problème lors d’inspections entre 2011 et fin 2013. » Et il n’y a personne pour contraindre EDF à respecter la prétendue « autorité » ?

Nucléaire : EDF instrumentalise les enfants et use de corruption

enfant-cruas.jpg (5586 octets)

Le lobby nucléaire instrumentalise l’enfance

Comment rénover la fresque de la centrale nucléaire de Cruas ?
France Bleu, 26 janvier 2014 : http://bit.ly/1d4Qrmx

Le Bade-Wurtemberg réclame 834 millions d’euros à EDF
L’Alsace, 21 janvier 2014 : http://bit.ly/1lgXylH

Jamais avares de félonies, les dirigeants d’EDF souhaitent rénover l’indécente fresque de la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche), qui instrumentalise une image d’enfant pour enjoliver l’image de l’atome. En Allemagne, EDF est poursuivie pour une affaire d’autant plus curieuse que « la filiale française de la banque d’investissement Morgan-Stanley, qui avait supervisé la transaction, était dirigée par le frère jumeau d’Henri Proglio, le président d’EDF ». Pour mémoire, EDF a déjà usé de méthodes relevant de la corruption pour son projet d’EPR en Grande-Bretagne (cf http://bit.ly/1ddMV9l )

Projet d’EPR en Grande-Bretagne : le crash approche

crash-epr.jpg (2817 octets)
L’EPR est l’ "avenir" du nucléaire...

Enquête de la Commission européenne sur le projet d’EPR britannique
ec.europa.eu : http://bit.ly/1ekW5Wo

Brussels says state aid deal for Hinkley Point is illegal
The Times, 1er février 2014 : http://thetim.es/1ij5yOt

Nuclear setback as EC attacks Hinkley Point subsidy deal
The Telegraph, 1er février 2014 : http://bit.ly/1aam5Ef

UK nuclear deal with EDF could waste 17.6bn, says Brussels
Financial Times, 1er février 2014 : http://on.ft.com/1fjIJYg

Pourquoi Bruxelles a ouvert une enquête sur les EPR britanniques
Les Echos, 31 janvier 2014 : http://bit.ly/1dTOARr

A propos de méthodes d’EDF relevant de la corruption, voilà sacrément du nouveau concernant le projet d’EDF de construire des EPR à Hinckley Point en Grande-Bretagne. Pour mémoire, la majorité des médias français a célébré avec tambours et trompettes, en octobre dernier, un « succès gigantesque » du nucléaire français outre-Manche.

Aujourd’hui par contre, silence presque total (hormis les Echos, qui commencent à s’inquiéter pour leur atome adoré) sur la publication du premier document d’enquête de la Commission européenne, qui « doute que l’aide puisse être déclarée compatible » avec les règles européennes.

Pour mémoire, l’accord EDF/Londres revient à rendre « rentable », à coups de milliards littéralement volés aux citoyens britanniques, un projet nucléaire terriblement déficitaire. Stupide ou corrompu, voire les deux, le premier ministre Cameron a accordé à EDF le remboursement des pertes pendant... 35 ans !

Pour sa part, l’Observatoire du nucléaire affirme avec constance depuis des mois (cf août 2012 par exemple : http://bit.ly/1lrOzyp ) que cet accord de dumping sera annulé par Bruxelles et que les fameux EPR ne verront pas le jour.

Plutôt que les médias français, c’est la presse britannique qu’il faut lire avec ses titres édifiants : « Bruxelles dit que l’aide d’Etat pour Hinkley Point est illégale », « Le deal nucléaire de la Grande-Bretagne avec EDF pourrait coûter 17 milliards selon Bruxelles », ou « Revers pour le nucléaire : la Commission européenne attaque les subventions pour Hinckley Point »....

La cuve de l’EPR « français » a été forgée à 80% au Japon !

cuve-epr-japon.jpg (373452 octets)

La cuve de l’EPR a été fabriquée. au Japon
Stop-EPR « Ni à Penly, ni ailleurs », 29 janvier 2014 : http://bit.ly/1bHJyYq

Nucléaire : la cuve de l’EPR de Flamanville forgée à 80% au Japon
AFP, 30 janvier 2014 : http://bit.ly/1ddTSrd

Les équipements internes de la cuve d’Olkiluoto 3 sont arrivés en Finlande
Areva, rappel 30 décembre 2010 : http://bit.ly/1bdb0NR

La majorité des médias français a célébré le 27 janvier l’introduction de la cuve « gauloise » de l’EPR dans le réacteur péniblement en construction à Flamanville (Manche). D’abord, il a peu été rappelé que cette opération a eu lieu avec 5 ans de retard, ce qui est quand même beaucoup pour un chantier qui devait durer au total... 4 ans et demi !

Mais, surtout, il a fallu la révélation de l’excellent Collectif Stop-EPR « Ni à Penly, ni ailleurs » pour que soit connue la vérité sur cette fameuse cuve qui est en réalité... japonaise ! Encore un « grand succès » de l’industrie atomique hexagonale.

Rappelons au passage que tous les composants internes de la cuve de l’EPR finlandais, lui aussi péniblement en chantier en Finlande (où Areva affiche autant d’incompétence de surcoûts et de retards qu’EDF à Flamanville), ont été fabriqués... en Tchéquie par Skoda. Tchécocorico !

Fukushima : chronique d’un désastre au long cours...

fuku-japon.jpg (6878 octets)

Fukushima, l’illusion d’une solution
Agoravox (Olivier Cabanel), 7 janvier 2014 : http://bit.ly/1eH4t0g

Tokyo : début de la campagne pour l’élection d’un nouveau gouverneur
AFP, 23 janvier 2014 : http://bit.ly/1aY0bCn

Fukushima an III : sur la côte dévastée, la peur et la colère
Le Monde, 17 janvier 2014 : http://bit.ly/1mu3YME

Les 51 bons cons du porte-avions Ronald Reagan
Planète sans visa, 27 janvier 2014 : http://bit.ly/1e4tTs8

Élection à Tokyo : les JO et le nucléaire après Fukushima au cour du débat
Jol Presse, 30 janvier 2014 : http://bit.ly/1bdb0NR

Vivre après Fukushima, par Yves Lenoir
Collectif Antinucléaire 13 sur Radio Galère : http://youtu.be/4_CBqeXsmuU

Comme les mois précédents, et comme les mois suivants pendant des décennies, les nouvelles venant de Fukushima sont sidérantes, affligeantes, désolantes. Nul besoin de commentaires inutiles, lisez donc la compilation de l’excellent Olivier Cabanel et quelques autres informations sur le désastre en cours.

Juste un « détail » : il manque de monde pour travailler dans la centrale en perdition, mais les pronucléaires de France et d’ailleurs se gardent bien d’y aller pour limiter autant que faire se peut les conséquences de leur catastrophe. Le nucléaire est bien l’énergie des criminels et des lâches.

Bombes nucléaires : à mourir (de rire) !

Une autre histoire de l’Amérique, par Oliver Stone
Planète +, janvier/février 2014 : http://bit.ly/1efZqSR

Forces nucléaires américaines : 92 officiers suspendus pour tricherie
AFP, 30 janvier 2014 : http://bit.ly/1fnWTri

De nouvelles bombes nucléaires américaines en Belgique ?
La Voix du Nord, 29 janvier 2014 : http://bit.ly/MpRUOo

Pas facile de remettre en cause les mythes fondateurs des USA où l’on est vite accusé d’être un « mauvais américain ». On se souvient du cinéaste Michael Cimino et de « La porte du paradis », probablement un des meilleurs films de tous les temps, mais qui fut détruit par la critique.

Le grand Oliver Stone, réalisateur entre autre de Platoon, s’est lancé dans une aventure audacieuse titrée « Une autre histoire de l’Amérique », diffusé actuellement sur Planète+. Dans ce documentaire au long cours, on découvre entre autre comment Truman, qui a autorisé les bombardements nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki, est devenu Président des USA.

Roosevelt allait être réélu mais sa santé était si dégradée qu’il était évident que, sous peu, il allait mourir et que c’est son vice-Président qui accéderait à la maison blanche. Le favori était un certain Henry Wallace, progressiste et humaniste, plébiscité par la base du partie démocrate.

Aussi, comme de nos jours dans une vulgaire assemblée générale du Réseau Sortir du nucléaire, la désignation fut truquée : le vote fut déplacé de la date théorique au lendemain matin tôt, et les partisans de Wallace empêchés de pénétrer dans la salle au moment du vote.

Résultat, c’est le pantin Truman qui fut désigné et, après la mort attendue de Roosevelt, il fit tout ce que les militaires lui ordonnèrent. C’est ainsi que les « expériences » d’Hiroshima et Nagasaki eurent lieu, alors qu’elles n’auraient assurément pas été acceptées par Wallace.

Aujourd’hui encore, les militaires s’amusent bien avec les bombes atomiques. Ainsi, dans le Montana, lorsqu’ils ne sont pas sous l’emprise du cannabis, les types chargés de lancer les missiles nucléaires intercontinentaux (ICBM), en cas de guerre, trichent lors des évaluations de leurs « compétences ».

Pas de quoi freiner les atomistes : « Une chaîne de TV néerlandaise et deux journaux flamands ont révélé qu’un accord secret entre les Etats-Unis, la Belgique et les Pays-Bas, porterait sur l’arrivée d’une nouvelle génération d’armes atomiques, des bombes B-61 de type 12, sur la base belge de Kleine-Brogel. ». Probablement pour assurer la Paix...

Enfouissement des déchets nucléaires : l’heure du crime ?

heure-crime.jpg (508213 octets)
L’heure du crime - Dessin de DRAPIER

Commentaires de Michel Guéritte (QV)
28 janvier 2014 : http://bit.ly/1iclPEs

Analyse de Guillaume Blavette (Stop-EPR, « ni à Penly ni ailleurs »)
2 février 2014 : http://bit.ly/MpVKqR

Le pseudo « débat public » sur le projet Cigéo (enfouissement des déchets radioactifs) touche à sa fin, avec une dernière plaisanterie appelée « Conférence de citoyens ». Tout le monde connaît pourtant depuis le début le verdict final : les autorités française valideront l’enfouissement.

Peu importe pour les nucléocrates que ce soit un crime, l’essentiel est de prétendre qu’il y a enfin une « solution » pour les déchets les plus radioactifs, afin de pouvoir continuer à en produire et, accessoirement de permettre à Bouygues, Vinci et autres gangsters comme SNC Lavalin de gagner à nouveau des milliards sur notre dos. S’il y avait des écologistes au gouvernement, nul doute qu’ils s’opposeraient à ce crime, quittes à perdre leurs lucratifs strapontins....

Niger / uranium : bientôt le résultat des courses ?

areva-vs-obsnuc.jpg (68286 octets)

Le Niger ne réclame pas la charité mais la justice fiscale
France24, 29 janvier 2014 : http://f24.my/1e4oGRa

Verdict du procès d’Areva contre l’Observatoire du nucléaire : le 7 février
Observatoire du nucléaire : http://bit.ly/1bmR5yV

Les négociations entre Areva et le Niger devaient aboutir avant le 31 décembre. Elles se prolongent encore, même s’il n’y a aucun suspens : finalement, comme depuis 50 ans, Areva va pouvoir continuer à piller l’uranium du Niger, tout en contaminant l’environnement et les populations.

Au même moment, la 17ème chambre correctionnelle du TGI de Paris peaufine son verdict : l’Observatoire du nucléaire sera-t-il condamné pour avoir osé attaquer Areva ? Pour avoir publié des documents explosifs qui prouvent qu’Areva a fait un curieux « don » relevant bien plus de la corruption que de la générosité désintéressée ?

Pour mémoire, le ministre « écologiste » chargé du « développement », Pascal Canfin, a pris fait et cause pour Areva (rappel : http://bit.ly/1kD8GWq ), refusant de faire la vérité sur le fameux « don ».

Rendez-vous donc sous peu pour le résultat des courses, mais les méchants doivent savoir que, dans tous les cas, nous sommes les gentils, nous les combattons, et nous finirons par gagner. Il est toutefois possible que cela prenne encore un peu de temps...

Soutenez l'Observatoire du Nucléaire